Rejoignez-Nous sur

Alors que Bitcoin vous met à nu, tour du monde des cryptomonnaies (vraiment) anonymes – TheCoinTribune

shutterstock 1244365237

News

Alors que Bitcoin vous met à nu, tour du monde des cryptomonnaies (vraiment) anonymes – TheCoinTribune

shutterstock 1244365237

Si la technologie de la blockchain est le socle sur lequel repose les cryptomonnaies, elle est aussi le canal par lequel des individus, des organismes et des entreprises collectent, à foison, des informations sur les transactions crypto effectuées par des tiers ciblés. Et c’est justement sur ce volet que les cryptomonnaies telles que le Bitcoin ont prouvé leurs limites. En effet, sur leur blockchains respectives, toutes les informations relatives à chaque transaction sont accessibles à qui veut bien prendre le temps de les consulter. De cette faiblesse sont donc nés les cryptomonnaies – réellement – anonymes, ouvrant la voie à une cryptographie axée sur la confidentialité. Embarquons pour un tour du monde des monnaies qui protègent la confidentialité de vos transactions !

Pourquoi les cryptomonnaies anonymes ?

Comprendre l’importance des coins anonymes exige une compréhension du fonctionnement des blockchains. Pour les besoins de notre propos, on retiendra que la blockchain d’une cryptomonnaie est une chaîne d’horodatage d’enregistrements de transactions impliquant cette crypto et gérée par plusieurs milliers d’ordinateurs interconnectés appelés « nœuds ».

Ces blockchains ou les chaînes d’horodatage d’enregistrements des transactions ne sont pas gouvernées par une autorité centrale c’est d’ailleurs l’une des principales raisons ayant motivé la création du Bitcoin – toutes les informations relatives aux transactions, notamment l’identité des deux parties et le montant de la transaction, sont accessibles à tous ceux qui connaissent l’adresse publique de l’expéditeur et/ou du destinataire. Ce principe de transparence facilite la vérification et assure le maintien de la décentralisation du réseau en permanence.

Et c’est comme cela que fonctionnent les cryptomonnaies les plus connues telles que le Bitcoin, l’Ethereum, le Litecoin, le Ripple, etc. Elles ne garantissent pas donc la confidentialité des transactions qui par essence sont disponibles et visibles par tous et tout le temps. Les cryptomonnaies anonymes sont nées de ce constat, avec des systèmes conçus pour offrir l’anonymat qui manquait à leurs aînées.

Quelques crymtomonnaies anonymes et comment elles fonctionnent

Bien que leur but commun soit d’offrir l’anonymat, les coins anonymes ne fonctionnent pas tous de la même manière. Tout dépend des protocoles d’anonymisation dont ils se servent. Dans cette section, nous présentons quelques-unes des coins anonymes les plus utilisés, à commencer par le Monero, bien évidemment.

Monero (XMR)

Créé en avril 2014, le Monero est la crypto anonyme la plus utilisée en ce moment. Elle est issue d’un hard fork de Bytecoin et est si sécurisée qu’il est impossible de connaître, ne serait-ce que le montant des transactions.

Le Monero, reine de cryptomonnaies anonymes

Le Monero utilise, en effet, des systèmes cryptographiques très complexes tels que :

  • Le « Ring Signature », pour masquer l’adresse de l’expéditeur via un mélange de clés publiques ;
  • Les adresses furtives, pour masquer l’adresse du destinataire ;
  • Le « Ring Confidential Transaction », pour masquer le montant des transactions.

Toutes les transactions de XMR sont donc confidentielles.

Zcash (ZEC)

Zcash fait aussi partie des cryptomonnaies anonymes les plus connues. Créée par Zooko Wilcox, elle assure la confidentialité des transactions grâce à son protocole zk-SNARK (ou Zero-Knowledge Succinct Non-Interactive Argument of Knowledge). En français, ça se dit plus simplement « preuve de connaissance nulle ».

Pub

Generic DESKTOP Banner v2.svg

ZCash, une cryptomonnaie confidentielle

En fait, le protocole zk-SNARK permet à l’utilisateur de s’authentifier sans identifiant et sans mot de passe, ce qui empêche les nœuds vérificateurs d’accéder aux données personnelles pendant la vérification des transactions.

Et bien évidemment, le Komodo (KMD) qui est une cryptomonnaie issue d’un hard fork du ZEC en septembre 2016 se retrouve également sur la liste des crypto anonymes.

Dash (DASH)

Lancé en janvier 2014, le DASH ­– qui s’est d’abord fait appeler XCoin puis Darkcoin – propose un anonymat facultatif essentiellement fondé sur la fonctionnalité PrivateSend.

Dash, une des références parmi les cryptomonnaies anonymes

La fonctionnalité PrivateSend permet de mélanger les pièces, un peu comme le font les distributeurs automatiques. Cela permet d’empêcher l’identification des pièces, et donc le traçage des opérations d’échanges. De plus, avec DASH, l’utilisateur peut effectuer des transactions sans créer un compte et sans s’authentifier.

Et si vous avez envie de bénéficier d’obtenir du Dash quotidiennement, souscrire à un masternode Dash et récupérer des dividendes pourrait être une excellente idée !

Aux côtés de ces stars du secteur, on distingue également plusieurs autres cryptomonnaies anonymes de moindre envergure, certes, mais qui méritent d’être mentionnées. Il s’agit entre autres de :

  • Verge (XVG), qui utilise le protocole Tor et le réseau I2P (Invisible Internet Project) pour supprimer les connexions directes entre les parties d’une transaction en les faisant passer par des relais, de sorte qu’il soit impossible d’identifier le destinataire et l’expéditeur.
  • Horizen (ZEN), autrefois connu sous le nom de Zencash, et qui se fonde également sur le protocole zero-knowledge-proof.
  • Zcoin (XZC), créé en septembre 2016 et également basé sur le zero knowledge proof.
  • NavCoin (NAV), créé en juin 2014 et dont les utilisateurs ont le choix d’accepter ou de refuser l’anonymat.
  • PVIX (Private Instant Verified Transaction), lancé en janvier 2016 et utilisant le protocole Zerocoin pour proposer un anonymat total.

Comme on peut se l’imaginer, les cryptomonnaies anonymes ont souvent servi de canaux privilégiés pour les opérations illicites, ce qui leur a régulièrement attiré la méfiance des autorités de régulation. Cela n’empêche cependant qu’elles offrent un avantage que de puissantes cryptomonnaies comme le Bitcoin n’offrent pas : une protection contre l’espionnage.

Pub

ads alyra



Retrouver l’article original de Joe PINASI ici: Lien Source

BlockBlog

Le Meilleur de l'Actualité Blockchain Francophone & Internationale | News, Guides, Avis & Tutoriels pour s'informer et démarrer facilement avec Bitcoin, les Crypto-Monnaies et le Blockchain. En Savoir Plus sur L'Équipe BlockBlog

Commenter cet Article

Commenter cet Article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans News

Les Plus Populaires

Acheter des Bitcoin

Acheter des Alt-Coins

Sécuriser vos Cryptos

Vêtements et Produits Dérivés

Top