Rejoignez-Nous sur

Bitcoin, CryptoYuan et géopolitique de la Chine

shutterstock 1129014374

News

Bitcoin, CryptoYuan et géopolitique de la Chine

shutterstock 1129014374

La monnaie est apparue en Asie mineure, dans le royaume de Cresus. Elle fut adoptée par les puissantes cités grecques et l’empire romain en fit rapidement un symbole de puissance. Les pièces d’or romaines ont voyagé sur les routes de la soie jusqu’en Chine ! Aujourd’hui, les « pièces » chinoises sont en passe de faire le chemin inverse. L’empire du milieu veut internationaliser sa monnaie et le cryptoyuan sera au cœur des nouvelles routes de la soie. Un projet pharaonique à 70 000 milliards de yuans sur plusieurs décennies. Comment Pékin compte devenir la première puissance mondiale ? Quel rôle la monnaie jouera dans sa stratégie impériale et pourquoi le Bitcoin pourrait bien finir par rafler la mise ?

Trois Cassus belli

L’empire du milieu est en guerre contre les États-Unis. Une guerre qui ne fait pas de morts en apparence, mais une guerre permanente, pour un pouvoir sans partage sur le monde. Une guerre monétaire.

Les hostilités ont commencé lorsque la FED a mis en branle sa planche à billets (le fameux « Quantitative Easing »), dans le sillage de la crise de 2008. Ce que n’a pas du tout apprécié la Chine qui voyait ses dollars investis dans la dette US se déprécier à vue d’œil. La Chine se mit alors à accumuler de l’or avec pour ambition de rétablir le Gold Standard.

Le deuxième cassus belli ne se fit pas attendre. Deux ans plus tard, la Chine arrêta d’investir dans la dette de l’oncle Sam. Depuis, ses réserves de change en dollar stagnent autour de 1000 milliards $, soit à peine 4,6 % de la dette publique américaine (23 687 milliards au total).

Why China Buys U.S. Debt With Treasury Bonds
Réserves de devises chinoises sous forme de dollar

La Chine réalise désormais 1/3 de son commerce extérieur en yuan et l’on dira d’ici quelques années que la guerre monétaire a pris un tournant en 2018. C’est cette année que la Chine a lancé son propre indice de référence de pétrole. Un indice libellé en yuan ET CONVERTIBLE EN OR.

Dit autrement, les pays qui acceptent d’être payés en yuan pourront les échanger contre de l’or s’ils le souhaitent. Un retour du Gold Standard en somme. Troisième Cassus Belli

« L’or représente encore l’ultime forme de paiement dans le monde. Dans le pire des cas, la monnaie fiduciaire ne sera plus acceptée par personne, alors que l’or le sera encore. »

Alan Greenspan (Président de la FED)

Il s’agit ostensiblement de rivaliser avec les indices pétroliers enchaînés au dollar que sont le Brent (Londres) et le WTI (NY). Un pari gagnant puisque le volume de contrats libellés en yuan a déjà dépassé celui du brut de Dubaï. La Shanghai Futures Exchange, où sont négociés ces contrats de pétrole, ne compte pas s’arrêter en si bon chemin et prévoit également de négocier le caoutchouc, des métaux et d’autres matières premières.

Ce succès était prévisible car la seule véritable monnaie en ce bas monde est l’or, même si les États-Unis essaient de nous le faire oublier #NIXON1971GoldStandard. Ce n’est qu’une question d’années avant que l’or revienne au cœur du système monétaire international. Il va sans dire pour votre serviteur que Bitcoin finira par damer le pion au métal jaune, ne serait-ce parce qu’il est difficile de téléporter des lingots d’or à l’autre bout du monde en 10 minutes …

One Belt One Road

La Chine veut internationaliser sa monnaie et c’est au travers de ce prisme qu’il faut analyser le projet des nouvelles routes de la soie.

Bon, la route est encore longue… Si l’on regarde les statistiques du réseau SWIFT, le Yuan ne représente que 2 % des paiements réalisés au niveau mondial.

Classement des monnaies selon leur utilisation dans le monde
Part des principales monnaies dans les paiements mondiaux. Source SWIFT

Une statistique à prendre toutefois avec des baguettes car la Chine a lancé son propre système de paiement international. Une question de survie économique quand on sait que Washington ne s’est pas gêné pour déconnecter l’Iran du système bancaire international. L’Iran, un pays qui, à l’instar Venezuela, refuse catégoriquement de vendre son pétrole en dollar… Et vu que la Chine est actuellement le seul pays au monde qui défie l’embargo monétaire des Etats-Unis sur l’Iran, il vaut mieux assurer ses arrières…

Le pétrole est la matière première la plus échangée au monde avec une valeur commerciale annuelle d’environ 14 000 milliards $. Pour le dire autrement, celui qui contrôle la monnaie dans laquelle est vendue le pétrole (plus le réseau SWIFT) est maître du monde.

La route de la soie sera également monétaire

Face à un empire américain qui fera absolument tout pour préserver son hégémonie monétaire, la Chine a donc lancé leur propre plan Marshall. Il s’agit d’inciter les pays se trouvant sur le long des nouvelles routes de la soie à investir dans leurs infrastructures grâce à des emprunts en….. YUAN. Certains parlent de diplomatie d’endettement prédatrice et ils n’auront pas tord…

Nous ne parlons pas ici de quelques caravanes transportant un peu de caviar, des soieries, des tapis persans ou des épices. Le projet est titanesque puisqu’il est prévu de connecter 4.4 milliards d’humains et 65 pays dont les sous-sols contiennent la majeure partie des ressources énergétiques restantes.

L’objectif de la Chine est d’obtenir des pays bénéficiaires qu’ils augmentent la part de leurs échanges libellés en yuan. Pour ce faire, la Chine leur prête des yuans sous forme d’obligations “perpétuelles“. C’est-à-dire qu’il ne sera pas nécessaire de rembourser le principal mais « seulement » des intérêts perpétuels. Et pour trouver les yuans nécessaires à ce tribut perpétuel (pour de très longues décennies), ils devront accepter de se faire payer leurs exportations en yuan. Le but étant bien évidemment de jouir du même privilège exorbitant que les Etats-Unis, à savoir échanger des marchandises contre du papier. CQFD.

Pub

Le pétro-yuan et la renaissance du gold standard sont des menaces mortelles pour le vieux système du pétrodollar forgé par Henry Kissinger. L’affrontement entre les deux superpuissances est inévitable et le bras de fer commercial à coups de droits de douane entre les deux nations en est une émanation.

Petro-goldo-cryptoyuan

La Banque centrale chinoise a reporté le lancement du cryptoyuan prévu pour le premier trimestre de cette année en raison du coronavirus.

Mais n’ayez crainte, le shitcoin chinois finira par voir le jour. Il est d’ailleurs déjà écrit que les autorités chinoises justifieront la fin de l’argent physique en accusant les billets et les pièces d’être des vecteurs de propagation du Covid19. Ne jamais gâcher une bonne crise comme dirait l’autre. Les systèmes de paiement électroniques Alipay et WeChat sont déjà en train de remplacer le liquide dans toutes les grandes villes.

Le cryptoyuan aura de nombreux avantages pour le totalitarisme. Chaque achat, chaque recherche internet, chaque recherche de travail, chaque visite chez un docteur, chaque appel, chaque aspect de la vie pourra être enregistré et passé au tamis de l’IA.

Le cryptoyuan est nécessaire à la surveillance de masse que requiert le système orwellien de notation des citoyens. (Nous en parlions dans cet article). Soit dit en passant, cette transformation du parti communiste chinois en Big brother sera le principal facteur de hausse de Bitcoin. Eh oui, les Chinois vont rapidement devoir trouver la parade pour payer leurs petits plaisirs anonymes… Pour les traders en herbe, oubliez le Halving, guettez plutôt l’introduction du cryptoyuan

Au-delà de cette dystopie sociale interne, le cryptoyuan servira également à l’internationalisation du Yuan car une blockchain peut faire office de monnaie mais aussi de système de paiement. Deux-en-un. Le cryptoyuan sera donc une nouvelle manière de court-circuiter le système SWIFT inféodé aux intérêts américains.

L’empire du Bitcoin

Le Bitcoin est aux cryptomonnaies ce que le dollar est aux fiats. L’hégémonie monétaire est toujours un combat à mort… Bien des créateurs de shitcoins ont réussi à refourguer leurs pales imitations mais la dominance du Bitcoin tutoie de nouveau les 70 %…

Dans le monde des rouleaux de PQ, vous pouvez être certain que les États-Unis mèneront une guerre de tranchées face au yuan chinois et son alliance avec le nexus geopolitico-énergétique mondial que représente la Nouvelle Perse.

Le train de vie de l’Amérique – qui est en train de pomper ses dernières gouttes de pétrole de Schiste – dépend quasiment exclusivement de l’OPEC. Le cartel continue de vendre son mazout en billets verts mais un M-16 sur la tempe, ce qui risque d’agacer à la longue… Rappelons que la Chine est le premier importateur d’or noir du monde alors que les Etats-Unis sont devenus quasiment autosuffisants.

Le petrodollar, assurance tout risaue pour les Etats-Unis
Traduction : “Tu refuses de vendre ton pétrole en dollar ? Prepares-toi à rendre visite a Dieu “

Pour le dire autrement, l’empire (budget militaire annuel de 700 milliards $) ne laissera pas le yuan devenir la principale monnaie internationale sans rien faire. Si les deux puissances (nucléaires) devaient en venir aux mains, chacun aura bien compris que la guerre par procuration aura lieu en Iran. La Chine a besoin des énormes réserves de pétrole iranienne pour se donner les moyens de sa puissance. D’où la signature avec l’Iran de centaines de milliards d’investissements pour développer ses capacités d’exportations de pétrole. La construction d’une base militaire chinoise sur son territoire est aussi en discussion…

Bitcoin permettrait d’éviter cette guerre inutile. S’il est certain que les États-Unis n’accepteront pas que la Chine s’empare des privilèges exorbitants qu’offre le dollar, peut-être s’accommoderont-ils de se battre à armes égales. C’est-à-dire en utilisant une monnaie neutre, apolitique, pour le commerce international.

Certains avancent que cette monnaie pourrait venir du Fonds Monétaire International ou de l’ONU. Mais vu l’état déplorable des relations internationales et le penchant de plus en plus prononcé des peuples en faveur de la démondialisation, il y a fort à parier que le Bitcoin ait toutes ses chances. Il a tout de même l’avantage d’exister depuis plus de 10 ans…

Et puis, le FMI est fait d’humains qui finiront tôt ou tard par avilir la monnaie, contrairement au Bitcoin dont la masse monétaire ne dépassera jamais 21 millions. La raison d’être du Bitcoin est de ne pas se dupliquer. Il n’est pas source d’inflation, cet impôt déguisé.

D’autres affirment que c’est l’or qui reviendra au centre du système monétaire international. Certainement. Bitcoin est de l’or. De l’or digital.

Pub



Retrouver l’article original de Nicolas Teterel ici: Lien Source

BlockBlog

Le Meilleur de l'Actualité Blockchain Francophone & Internationale | News, Guides, Avis & Tutoriels pour s'informer et démarrer facilement avec Bitcoin, les Crypto-Monnaies et le Blockchain. En Savoir Plus sur L'Équipe BlockBlog

Commenter cet Article

Commenter cet Article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans News

Les Plus Populaires

Acheter des Bitcoin

Acheter des Alt-Coins

Sécuriser vos Cryptos

Vêtements et Produits Dérivés

Top