Rejoignez-Nous sur

Comment les mises à jour d’Ethereum pourraient propulser l’ether encore plus haut

41ad550e comment les mises a jour d ethereum pourraient propulser l ether encore plus haut

News

Comment les mises à jour d’Ethereum pourraient propulser l’ether encore plus haut

comment les mises a jour d ethereum pourraient propulser l ether encore plus haut

L’ether, deuxième plus importante cryptomonnaie au monde, a atteint un niveau record en franchissant les 4 000 dollars en début de semaine et affiche une performance supérieure au bitcoin depuis le début de l’année, avec un bond de plus de 400 %. Selon les analystes, l’intérêt croissant de grands acteurs tels que la Banque européenne d’investissement pour le réseau blockchain Ethereum, sur lequel fonctionne l’ether, a été un catalyseur essentiel.

Les investisseurs ont été attirés par la possibilité de créer sur ce système des contrats financiers décentralisés et d’autres applications telles que les jetons non fongibles, ou NFT. Mais les changements à venir sur Ethereum, qui visent à rendre le réseau plus grand et plus durable, enthousiasment également les investisseurs, car ils pourraient faire grimper le prix de l’ether encore plus haut.

À lire aussi — 3 analystes expliquent pourquoi l’ether va dépasser le bitcoin comme première cryptomonnaie

Insider s’est entretenu avec Ben Edgington, qui travaille sur ces mises à jour pour la société de développement ConsenSys. Il a présenté la feuille de route de ces changements.

La mise à jour ‘London’ va commencer à détruire des pièces d’ether

Après avoir modifié le fonctionnement du paiement des transactions en avril, les développeurs d’Ethereum se préparent à une refonte majeure du système de frais. Les changements sont prévus pour la mi-juillet, selon Ben Edgington. Dans le système actuel, les utilisateurs envoient ce que l’on appelle des frais de gaz aux mineurs en paiement des transactions à vérifier, dans une sorte d’enchère. Les mineurs effectuent des transactions, et créent des cryptomonnaies, en utilisant la puissance de calcul de leur ordinateur pour résoudre des énigmes sur le réseau.

Mais lorsque le réseau est occupé — comme c’est de plus en plus le cas — le système d’enchères oblige les utilisateurs à augmenter les montants et à estimer les frais appropriés, ce qui entraîne de la volatilité et une forte hausse des prix.

Pour remédier à ce problème, les développeurs d’Ethereum ont convenu d’un changement majeur, connu sous le nom de EIP-1559 dans le jargon cryptographique et devant avoir lieu lors d’un événement appelé « London hard fork ».

Dans le cadre du nouveau système, les frais de gaz seront remplacés par des frais de base obligatoires et déterminés automatiquement, qui fluctueront en fonction de la congestion du réseau. Les utilisateurs auront la possibilité de payer des pourboires aux mineurs s’ils ont besoin que les transactions soient effectuées rapidement.

Mais la partie la plus excitante pour de nombreux investisseurs est que le réseau commencera à détruire ou « brûler » une partie des frais de gaz. « Il y aura potentiellement plus d’ether brûlé que généré pour les mineurs », précise Ben Edgington. Il ajoute que cela pourrait faire baisser l’offre d’ether au fil du temps, « ce qui est en fait un atout par rapport à la politique monétaire du bitcoin, qui est fixe » (le nombre de bitcoins en circulation est prédéfini, ndlt).

Un analyste a déclaré plus tôt cette année que la combustion des frais pourrait jeter les bases d’une « croissance explosive » du prix de l’ether.

Ethereum 2.0 vise à accroître la taille et la durabilité du réseau

Les développeurs sont des plus enthousiastes à propos des changements majeurs connus sous le nom d’Ethereum 2.0, qui visent à rendre le réseau plus grand et plus durable. La première étape vers Ethereum 2.0 est ce que les développeurs appellent « The Merge » : un changement complet dans la mécanique sous-jacente du réseau, qui, selon Ben Edgington, devrait être achevé d’ici la fin de 2021 ou au début de 2022.

Actuellement, les ordinateurs s’affrontent pour résoudre des énigmes complexes afin de vérifier le réseau et d’extraire de l’ether dans ce que l’on appelle un système de « preuve de travail ». Ce système sécurise le réseau, car son piratage nécessiterait des quantités énormes et coûteuses de puissance de calcul et d’énergie, mais il est très mauvais pour l’environnement.

Ethereum passera plutôt à un système de « preuve d’enjeu ». Cela signifie que les gens peuvent valider des transactions et miner en fonction du nombre de pièces qu’ils détiennent et qu’ils sont prêts à offrir comme une sorte d’acompte, explique Ben Edgington.

Chaque utilisateur qui souhaite vérifier des transactions — et ainsi obtenir des récompenses — doit mettre en jeu une somme importante, par exemple 32 ethers valant plus de 120 000 dollars. L’idée est que toute personne souhaitant attaquer le réseau devrait gagner suffisamment d’ether pour débourser plus que la valeur collective de tous les « enjeux » pour commencer à modifier la blockchain de manière dommageable.

Selon Ben Edgington, environ 10 milliards de dollars ont déjà été investis dans le réseau de preuve d’enjeu, connu sous le nom de chaîne de balises, que les développeurs ont lancé en décembre.

Les développeurs travaillent d’arrache-pied pour transférer l’ensemble du réseau sur le nouveau système — The Merge — mais cela n’est pas sans risque. Un développeur a décrit le processus comme « le remplacement du moteur d’un avion alors qu’il est encore en vol ». Mais ils ont ajouté : « Le code utilisé aura été vérifié de manière exhaustive, testé en situation de combat, et vérifié à nouveau. »

Le ‘sharding’ vise à étendre le réseau

Pourtant, Ben Edgington souligne que « passer à la preuve d’enjeu n’est pas une solution de scalabilité » (d’extensibilité, ndlt). Pour tenter d’étendre Ethereum afin que davantage d’applications telles que les NFT, ou des contrats de finance décentralisée, puissent être construits dessus, les développeurs vont créer de nouveaux réseaux dans un processus connu sous le nom de sharding.

« Cela revient à faire fonctionner 64 blockchains en parallèle avec la chaîne de balises pour augmenter la capacité », explique Ben Edgington.

En termes simples, créer plus de systèmes de blockchain et les lier ensemble en les reliant à la chaîne principale de balises devrait étendre le réseau global et le rendre plus efficace, par opposition au système actuel où tout se fait sur un seul grand réseau.

« Je m’attends à ce que dans l’année qui suivra la livraison de la preuve d’enjeu, nous puissions délivrer la solution de sharding », a déclaré Ben Edgington. « Mais personne n’a fait de plan strict pour ce projet, ni prévu de date limite à ce sujet. C’est prêt quand c’est prêt. »

Version originale : Harry Robertson/Markets Insider

À lire aussi — L’ether franchit les 4 000 $ pour la première fois et pourrait encore énormément progresser



Retrouver l’article original de ici: Lien Source

BlockBlog

Le Meilleur de l'Actualité Blockchain Francophone & Internationale | News, Guides, Avis & Tutoriels pour s'informer et démarrer facilement avec Bitcoin, les Crypto-Monnaies et le Blockchain. En Savoir Plus sur L'Équipe BlockBlog

Commenter cet Article

Commenter cet Article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans News

Les Plus Populaires

Acheter des Bitcoin

Acheter des Alt-Coins

Sécuriser vos Cryptos

Vêtements et Produits Dérivés

Top
neque. venenatis, luctus Donec felis elementum porta. ut libero. suscipit