Rejoignez-Nous sur

Des échanges cryptographiques sud-coréens aident la police dans une enquête sur la pornographie juvénile

shutterstock 1142364386

News

Des échanges cryptographiques sud-coréens aident la police dans une enquête sur la pornographie juvénile

Les quatre principaux échanges de crypto-monnaie de Corée du Sud, Upbit, Bithumb, Coinone et Korbit, aurait a déclaré qu'il soutiendrait la police locale dans l'enquête sur le phénomène dit des "nièmes pièces", qui s'est transformé en un scandale national.


Les échanges de crypto auraient déclaré que des célébrités étaient des utilisateurs

Pendant des années, des dizaines de collégiennes et parfois de garçons sud-coréens ont été filmés en train de commettre des actes sexuels violents et de s'automutiler. Les vidéos ont ensuite été partagées via les salles de chat Telegram en échange de paiements effectués en crypto-monnaie.

La police coréenne a trouvé des dizaines de victimes car les vidéos montraient souvent les noms et adresses des filles.

Après plus de 5 millions de Coréens signé pétitions pour nommer l'homme qui dirigeait le groupe qui faisait du chantage aux filles et créait les groupes Telegram, la police a décidé de révéler son identité. Le nom du criminel de 24 ans est Cho Ju-bin.

La police a également révélé que plus de 10 000 personnes avaient utilisé les forums de discussion Telegram, certains payant plus de 1 200 $ en crypto pour y accéder. Jusqu'à présent, la police connaît environ 74 personnes, dont 16 filles mineures, qui ont été exploitées.

Ailleurs, les journalistes de l'agence de presse locale Kookmin Ilbo ont découvert environ 25 000 utilisateurs dans 30 de ces salles de chat Telegram.

Autres estimations des médias locaux prétendre qu'il y avait jusqu'à 300 000 clients payants utilisant des salles de chat similaires.

Alors qu'il était éloigné d'un poste de police à Séoul, Cho a déclaré:

Je m'excuse auprès de ceux qui ont été blessés par moi. (…) Merci d'avoir mis un frein à la vie d'un diable qui ne pouvait pas être arrêté.

Néanmoins, il n'a fait aucun commentaire lorsque les journalistes lui ont demandé s'il avait admis les allégations.

Il est accusé d'abus, de menaces et de coercition, et d'avoir violé la loi sur les abus sexuels, la loi sur la protection de l'enfance et la loi sur la vie privée.

Bien que la police ne l'ait pas encore confirmé, des rapports indiquent qu'un échange de crypto local a retracé les transactions de crypto et a découvert que certains des membres payants étaient des artistes populaires, des professeurs, des célébrités sportives, des fondateurs de startups et des PDG d'entreprises.

Qui est Cho Ju-bin et comment les chatrooms ont-ils fonctionné?

Le suspect de pornographie juvénile est un homme de 24 ans surnommé «Baksa», qui se traduit par «médecin» ou «gourou». Il a géré les forums de discussion Telegram où des vidéos de maltraitance d'enfants ont été partagées en échange de paiements. Cho a chargé les téléspectateurs en crypto, ce qui a rendu difficile pour la police de retrouver et de fermer les salles de chat. Cependant, étant donné que la loi sud-coréenne exige que tous les clients d'échange de crypto passent par les procédures de vérification KYC / AML, la plateforme pourrait aider les autorités à trouver des membres et à comprendre l'ampleur de l'incident.

Jusqu'à présent, la police a retrouvé 124 personnes liées à l'affaire. Cho et 17 autres personnes ont été arrêtées.

Le journal coréen, Kookmin Ilbo, a déclaré que chacune des huit "nièmes chambres" partageait des vidéos de trois à quatre filles victimes de chantage. Les filles ont été attirées par des opérateurs de chatroom qui ont promis des emplois de mannequin ou d'escorte.

Crypto a déjà été loué par le pédophile Jeffrey Epstein

Bien que ce ne soit pas le problème de l'espace cryptographique, ce n'est pas le premier cas où les criminels préfèrent ou louent Bitcoin et ses frères.

Le milliardaire et délinquant sexuel Jeffrey Epstein, qui était au milieu d'un scandale d'esclaves sexuels impliquant le trafic sexuel parmi de nombreux autres crimes horribles, loué Bitcoin et la technologie qui le sous-tend.

Fait intéressant, l’année dernière, le directeur du MIT Media Lab, Joichi Ito, a été contraint de démissionner après le New Yorker révélé qu'il a tenté de cacher les contributions financières d'Epstein. Mais en plus de gérer le laboratoire du MIT, Ito a également mis en place la Digital Currency Initiative (DCI) au MIT, aidant Bitcoin à traverser certaines de ses journées les plus difficiles en 2015.

À l'époque, lorsque la Fondation Bitcoin à but non lucratif a connu des «contraintes de financement», la DCI a proposé des postes à temps plein aux développeurs principaux de Bitcoin, notamment Gavin Andresen, Cory Fields et Wladimir van der Laan.

Pensez-vous que tous les échanges cryptographiques devraient obtenir les informations personnelles des clients? Partagez vos pensées dans la section commentaires!


Images via Shutterstock



Traduction de l’article de Anatol Antonovici : Article Original

BlockBlog

Le Meilleur de l'Actualité Blockchain Francophone & Internationale | News, Guides, Avis & Tutoriels pour s'informer et démarrer facilement avec Bitcoin, les Crypto-Monnaies et le Blockchain. En Savoir Plus sur L'Équipe BlockBlog

Commenter cet Article

Commenter cet Article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans News

Les Plus Populaires

Acheter des Bitcoin

Acheter des Alt-Coins

Sécuriser vos Cryptos

Vêtements et Produits Dérivés

Top