Rejoignez-Nous sur

Fintech met à l'échelle le SaaS vertical – Andreessen Horowitz

Why Fintech is the Next Wave in Monetizing Vertical SaaS R3v8 The Evolution of Software Revenue Models scaled

News

Fintech met à l'échelle le SaaS vertical – Andreessen Horowitz

Aujourd'hui, environ 90% des entreprises publiques SaaS et Forbes Cloud 100 2019 ont des modèles de revenus basés sur l'abonnement. Maintenant nouvelles sociétés d'infrastructure fintech ont permis aux entreprises SaaS d'ajouter des services financiers en plus de leur produit logiciel de base. En ajoutant la fintech, les entreprises SaaS peuvent augmenter leurs revenus par client de 2 à 5x * et ouvrir de nouveaux marchés SaaS qui auparavant n'étaient peut-être pas accessibles en raison d'un marché logiciel plus petit ou d'une acquisition de clients inefficace.

Cette vague se produit d'abord sur les marchés verticaux (c'est-à-dire le marché autour d'un secteur spécifique, comme la construction ou le fitness). Les marchés de logiciels verticaux ont tendance à avoir une dynamique gagnant-gagnant, où l'activité SaaS verticale qui peut le mieux répondre aux besoins d'un secteur spécifique devient souvent la solution verticale dominante et peut vendre à la fois des solutions logicielles et financières à leur clientèle principale. De plus, alors que les premières entreprises SaaS verticales – Mindbody, Toast, Shopify – ont généralement commencé par revendre services financiers (principalement des paiements), ils sont désormais intégration produits financiers au-delà des paiements – des prêts aux cartes en passant par l'assurance – directement dans leur logiciel vertical.

Dans cet article, nous verrons pourquoi la fintech est le moteur de la prochaine évolution du SaaS vertical, pourquoi elle ouvre de nouveaux marchés verticaux, et où et comment différents modèles commerciaux pour la fintech peuvent être appliqués.

TABLE DES MATIÈRES

Avec la fintech, les marchés verticaux sont plus grands que la plupart ne le pensent

Why Fintech is the Next Wave in Monetizing Vertical SaaS R3v8 The Evolution of Software Revenue Models scaled

Tous les 10 ans environ, nous faisons évoluer la manière dont les logiciels sont distribués et vendus. Chaque évolution – du sur site à l'abonnement et de bas en haut – a ouvert de nouveaux marchés et développé le marché global des logiciels. Jusqu'à présent, ces modèles commerciaux de logiciels ont élargi le marché global en élargissant la base d'utilisateurs, des grandes entreprises aux petites et moyennes entreprises (PME) et des entreprises de taille moyenne aux utilisateurs individuels. Mais le modèle commercial fintech augmente le marché global des logiciels de deux manières supplémentaires:

  1. il augmente les revenus par utilisateur de 2 à 5x * par rapport à un abonnement logiciel autonome, et par conséquent,
  2. il ouvre de nouvelles verticales où auparavant le marché adressable total (TAM) pour les logiciels était trop petit et / ou le coût d'acquisition de clients était trop élevé.

Les marchés verticaux sont des candidats particulièrement bons pour un modèle économique SaaS + fintech. Alors que les clients des marchés horizontaux essaient souvent différents fournisseurs de logiciels, ce qui se traduit par de multiples gagnants dans un segment de marché, les clients des marchés verticaux préfèrent les logiciels spécialement conçus pour leur secteur et leurs cas d'utilisation spécifiques. Une fois qu'une solution logicielle a démontré sa valeur, la base de clients se consolidera autour de cette entreprise pour tous ses besoins logiciels. En conséquence, les entreprises SaaS verticales sont en mesure de devenir rapidement la solution dominante dans un secteur particulier – par exemple, Veeva, un CRM pour l'industrie pharmaceutique, détient plus de 50% de part de marché – puis de superposer des produits supplémentaires (logiciels et financiers). ServiceTitan a commencé par offrir des logiciels aux entreprises de services à domicile, mais il s'est depuis étendu sur des produits financiers tels que les paiements, les prêts et la vérification des antécédents.

Supposons qu'un client PME vertical moyen dépense environ 1 000 USD / mois en logiciels et services. Sur ce montant, 200 $ par mois seront généralement consacrés à des logiciels traditionnels (par exemple, ERP, CRM, comptabilité, marketing) et le reste à d'autres services financiers (par exemple, paiements, paie, vérification des antécédents, avantages sociaux). Dans une entreprise SaaS verticale traditionnelle, le seul moyen de capturer plus de revenus du client était de vendre des logiciels. Cela a laissé les revenus potentiels de 800 $ par mois provenant des services financiers à d'autres fournisseurs.

Mais avec SaaS + fintech, une entreprise SaaS verticale peut capturer les dépenses logicielles traditionnelles d'un client ainsi que les dépenses des employés et des services financiers.

  1. Extension SaaS traditionnelle – Logiciel de vente incitative produits ou ajouter des modules logiciels
  2. Opportunité Fintech – Ajouter des services financiers, comme les paiements, les cartes, les prêts, les comptes bancaires, la conformité, les avantages et la paie

Dans notre hypothèse ci-dessus, une entreprise SaaS verticale qui ajoute, ou même intègre, des produits financiers, peut potentiellement 5x le revenu par client des dépenses de 200 $ / mois en logiciels à la totalité de 1000 $ / mois pour les logiciels et les services.

Les marchés verticaux sont particulièrement bons pour un modèle d'entreprise SaaS + fintech, car les clients préfèrent un seul logiciel spécialement conçu pour leur secteur et leurs cas d'utilisation spécifiques. Cliquez pour tweeter

La Fintech change l'équation CAC et LTV

La Fintech a également un impact sur les canaux de commercialisation des SaaS verticaux en augmentant le chiffre d'affaires par client et en rendant le produit plus collant. En d'autres termes: la fintech maintient, voire abaisse, le coût d'acquisition client (CAC), tout en augmentant la valeur à vie (LTV). (Lisez notre introduction sur les métriques de démarrage et les acronymes.)

Mindbody, par exemple, gagnait environ 250 $ / client par mois; alors qu'il facturait ~ 150 USD / mois, ou ~ 1800 USD / an en moyenne pour son plan logiciel, il gagnait environ 100 USD / mois supplémentaires à partir des revenus de paiements. ** Ainsi, les paiements ont considérablement augmenté la valeur à vie (LTV) du client, tandis que le coût d'acquisition client (CAC) est resté le même, sinon inférieur, car la valeur additionnelle apportée au client pouvait accélérer la vente.

Réduire le CAC tout en augmentant la LTV permet une commercialisation directe et interne des ventes là où ce n'était pas le cas auparavant, ce qui signifie que les entreprises SaaS peuvent acquérir de nouveaux clients qui auraient autrement été trop chers. Avec un revenu moyen de plus de 5 000 $ par client, les entreprises verticales SaaS peuvent se permettre d'embaucher une équipe de vente interne sortante au lieu de compter sur des canaux moins coûteux, comme le bouche à oreille et l'acquisition payante.

En fait, le potentiel de la fintech à augmenter considérablement la LTV signifie que les entreprises SaaS verticales peuvent offrir leur produit SaaS à moindre coût (ou même gratuitement) pour se coincer dans une base de clients initiale qui pourrait être réticente à la numérisation, avant de se superposer aux produits de la fintech comme principal levier de monétisation. Par exemple, Silo, un système d’exploitation destiné aux distributeurs en gros de produits alimentaires, ne facture actuellement pas ses clients pour ses logiciels, ce qui lui a permis d’atteindre avec succès des clients sur un marché historiquement résistant à l’adoption de logiciels.

La Fintech maintient, voire abaisse, le coût d'acquisition client (CAC), tout en augmentant la valeur à vie (LTV) dans le SaaS vertical. Cliquez pour tweeter

L'intégration de la technologie financière (plutôt que de la simple revente) améliore les marges et rend le produit plus collant

Les sociétés SaaS verticales qui ont initialement ajouté des services financiers ont principalement revendu des services financiers à un tiers. Par exemple, Mindbody a offert des prêts en référant les clients au Lending Club, et ServiceTitan a revendu des vérifications des antécédents par le biais de fournisseurs locaux.

Cependant, avec les nouveaux acteurs de l'infrastructure fintech, les entreprises peuvent désormais revendre à intégration une variété de services financiers, pas seulement des paiements, directement dans les produits SaaS.

La revente reste une option viable, et peut être plus facile à lancer ou utilisée comme une rampe d'intégration de services financiers. Cependant, l'intégration se traduit par des marges plus élevées et un produit globalement plus collant. Il crée une expérience client plus fluide: un prêt via une interface familière plutôt que d'être redirigé vers un site tiers. Avec un service intégré, le fournisseur de logiciels peut s'appuyer sur un ensemble de données propriétaires – telles que les ventes des sous-traitants pour informer les prêts ou les informations sur les produits pour de meilleures garanties – pour souscrire les risques, en tenant compte d'éléments tels que la saisonnalité pour mieux adapter le service aux besoins de chaque client et profil de risque. En fin de compte, cela produit de meilleures marges sur les produits fintech et de nouvelles options de mise sur le marché.

Avec les nouveaux acteurs de l'infrastructure fintech, les entreprises peuvent désormais passer de la revente à l'intégration d'une variété de services financiers, et pas seulement des paiements, directement dans les produits SaaS. Cliquez pour tweeter

Modèles Fintech: paiements et au-delà

Alors que les services financiers peuvent ajouter beaucoup de valeur pour les clients, en fin de compte, une entreprise SaaS verticale acquiert et fidélise ses clients en raison de ses logiciels différenciés, et non des services financiers qu'elle propose. Dans de nombreux cas, il est préférable de lancer des produits fintech après que les clients aient intégré l'offre SaaS à leur système d'exploitation, donnant ainsi à l'entreprise SaaS les données d'utilisation des clients pour décider quels produits fintech ajoutent le plus de valeur.

Alors que les paiements sont le premier endroit où la fintech intégrée a émergé, et qu'ils restent une opportunité sous-exploitée, il existe une multitude de services financiers intégrés, tels que les prêts, les cartes et l'assurance commerciale, qui vont au-delà des paiements. Et nous commençons à voir émerger des services supplémentaires, tels que la paie et les avantages sociaux, qui peuvent également être intégrés plutôt que revendus.

Peut-être, mieux encore, alors que le traitement des paiements est souvent l'option la plus simple à ajouter en premier, les entreprises peuvent superposer des produits et services financiers en fonction des besoins de leur marché vertical. Shopify, par exemple, a commencé à offrir des produits de prêt aux commerçants car ils disposaient des données nécessaires pour les aider à souscrire et savaient que beaucoup de leurs commerçants devaient passer par le processus douloureux d'obtention d'un prêt auprès d'une banque traditionnelle.

Dans cette section, nous abordons les différents modèles que nous avons vus émerger, comment chacun fonctionne, où il fonctionne le mieux, quelles nouvelles opportunités il ouvre et permettre aux partenaires technologiques que vous pouvez exploiter.
Why Fintech is the Next Wave in Monetizing Vertical SaaS R3v7 Fintech Models scaled

Paiements

  • Ce que c'est: Traitement des paiements (par exemple, permettre à l'entreprise d'accepter les paiements par carte de crédit et de débit de ses clients)
  • Solution de référence: Solution de traitement des paiements prête à l'emploi pour un forfait +% de transaction; Les activités SaaS peuvent répercuter les coûts sur ses clients avec une légère majoration
  • Solution embarquée: Devenir un facilitateur de paiement (par exemple, effectuer la souscription et l'intégration des marchands, la conformité, les rapports, etc. en interne), généralement avec l'aide d'autres fournisseurs de logiciels; Les activités SaaS ont alors une meilleure économie de paiement en réduisant les coûts globaux.
  • Embedded fonctionne mieux lorsque: il y a suffisamment d'échelle pour justifier le coût d'installation, généralement> 50 M $ de valeur brute de la marchandise

De nombreux éditeurs de logiciels verticaux ont attendu pour monétiser les paiements jusqu'à ce que leur activité principale évolue. ServiceTitan, par exemple, n'a pas lancé de paiements avant 10 ans après sa fondation. Et Shopify, l'exemple prototypique, a été lancé à l'origine sans paiements directs et fournissait principalement des logiciels pour aider les petits magasins à gérer les vitrines en ligne. Lorsqu'il a réalisé que les marchands devaient traiter les paiements et passer par un tiers – un processus souvent compliqué et pénible, Shopify a décidé de tirer parti de l'API de Stripe pour faciliter la gestion de leur flux de paiement par les marchands.

La revente ou l'étiquetage blanc des paiements des fournisseurs de services de paiement (PSP), comme Stripe, est une voie. Cependant, il est difficile de monétiser par le biais de frais de majoration supplémentaires sans le rendre trop cher pour le client. Les entreprises qui ont fait ce travail ont un volume de transactions suffisant pour négocier un meilleur taux avec leur PSP (par exemple, Shopify) ou offrent une raison tangible de traiter sur la plate-forme plutôt que sur d'autres méthodes (par exemple, Shopify) Bill.com v. contrôles physiques).

D'autres entreprises, cependant, ont intégré les paiements pour devenir eux-mêmes des facilitateurs de paiement («payfac»). Ces payfac jouent un rôle plus actif dans le traitement des paiements et peuvent capter 0,75 à 1% du volume des transactions en échange de la prise en charge des risques et des opérations liés à la collecte des paiements.

De la même manière que les services de cloud computing ont démocratisé la capacité de lancer des produits logiciels, les acteurs émergents de l'infrastructure comme Finix permettent aux entreprises SaaS de devenir des payfac sans avoir à investir dans une équipe de 10 à 15 personnes dédiée aux opérations de paiement. Cependant, il faut encore une certaine échelle (souvent ~ 50-100 millions de dollars en valeur brute de la marchandise) avant qu'il soit économiquement logique de consacrer des ressources à devenir un payfac.

L'essentiel: il y a encore beaucoup d'espace blanc pour les paiements dans le SaaS vertical, et la prochaine vague de paiements en SaaS verra probablement davantage devenir des payfacs plutôt que revendre des paiements d'un tiers. En outre, bon nombre des nouveaux fournisseurs de logiciels intégrant les paiements auront des flux de paiement encore plus complexes – par exemple, la gestion des flux de paiement entre plusieurs parties prenantes, telles que plusieurs entrepreneurs sur un chantier de construction ou une équipe de production multimédia.

Il y a encore beaucoup d'espace blanc pour les paiements en SaaS vertical, et la prochaine vague de paiements en SaaS verra probablement plus de payfacs devenir des payfac plutôt que de revendre les paiements d'un tiers. Cliquez pour tweeter

Prêt / Financement

  • Ce que c'est: Prêts de divers types aux clients de la société SaaS (par exemple, affacturage de factures, prêts à terme de 6 à 36 mois, etc.)
  • Solution de référence: Lien avec une autre entreprise qui offre des prêts à votre clientèle (par exemple, Mindbody renvoyant des clients au LendingClub pour les prêts aux PME); monétiser en recevant des frais de parrainage
  • Solution embarquée: Tirez parti de vos données pour mieux souscrire et intégrer l'expérience client (par exemple, Toast Capital); monétiser généralement en recevant le% de la valeur du prêt (en fonction du risque de prêt et de la personne qui supporte le risque)
  • Embedded fonctionne mieux lorsque: La société de logiciels possède les données de transaction nécessaires pour le risque de souscription, et la catégorie est mal comprise par une banque traditionnelle

L'opportunité de prêt varie considérablement selon le type de prêt, mais a tendance à être plus efficace dans les industries avec un fonds de roulement initial élevé et des dépenses inégales, telles que la logistique / chaîne d'approvisionnement, le transport, les biens de consommation, l'alimentation / l'agriculture, la construction, les télécommunications et l'industrie de pointe. clients d'équipement. Les entreprises SaaS verticales disposent souvent de données de transaction riches et dynamiques et peuvent mieux comprendre la dynamique du secteur et de la clientèle qu'une banque traditionnelle. En conséquence, ils peuvent offrir des prêts aux entreprises qui ne pouvaient pas accéder aux lignes de capital ou qui avaient tendance à recevoir des taux défavorables – tout comme les clients PME de Shopify l'étaient avant que Shopify ne commence à offrir des prêts.

Historiquement, le principal moyen d'offrir un prêt était le parrainage, les sociétés SaaS référant des clients à un prêteur comme Kabbage ou Lending Club en échange de frais de référence. Plus récemment, les acteurs du logiciel ont commencé à travailler directement avec une banque partenaire pour intégrer un programme de prêt, gérant manuellement l'intégration des données pour souscrire et assurer le service du prêt.

Par exemple, Toast a lancé Toast Capital l'année dernière, pour fournir des prêts de 5 000 $ à 250 000 $ aux restaurants, en s'associant à WebBank. Les prêts sont souscrits à l'aide des données de transaction de Toast, ce qui rend le processus de demande plus rapide et plus simple, et le remboursement est automatique et s'ajuste en fonction des flux de trésorerie entrants du restaurant, en tenant compte de la saisonnalité, ce qu'une banque traditionnelle ne pourrait pas faire.

À l’avenir, nous prévoyons que les fournisseurs de logiciels seront en mesure de développer plus facilement des programmes de prêt, au fur et à mesure que les acteurs de l’infrastructure de prêt en tant que service naissants arriveront à maturité. Qu'il s'agisse d'un partenariat direct avec une banque ou d'une infrastructure de prêt en tant que service, la monétisation se fait généralement par le biais d'un modèle de partage des bénéfices – l'éditeur de logiciels est plus impliqué dans la souscription et partage une partie du risque pour capturer quelques points de pourcentage de plus. de la valeur du prêt.

Cartes

  • Ce que c'est: Cartes d'émission que les employés ou les sous-traitants du client final peuvent utiliser
  • Solution de référence: Frais de référence
  • Solution embarquée: Travailler avec l'émetteur de la carte pour les cartes en marque blanche; monétiser via les frais d'interchange (% de la transaction)
  • Embedded fonctionne mieux lorsque: Les employés / sous-traitants des clients doivent dépenser de manière autonome et fréquemment

Les entreprises qui proposent des cartes virtuelles et physiques ont connu une croissance rapide ces dernières années, avec des fournisseurs de logiciels de gestion des dépenses, tels que Brex, Divvy, Airbase, Teampay et Ramp, tous en concurrence pour la part de portefeuille au sein des segments de clientèle technologiques à forte croissance.

Cependant, de nombreux marchés verticaux pourraient également bénéficier de cartes virtuelles ou physiques. Cela est particulièrement vrai dans les industries comptant un grand nombre d'entrepreneurs et d'employés qui voyagent fréquemment ou qui ont des besoins individuels en matière de dépenses. Nous sommes susceptibles de voir une vague de fintech de cartes dans le SaaS vertical pour la construction, par exemple, afin que les sous-traitants puissent acheter des matériaux et des outils sur le terrain, plutôt que d'avoir à dépenser de leur poche ou d'attendre que l'entrepreneur général fournisse. Il existe également des opportunités considérables dans le camionnage, les médias, la santé et le bien-être, où il y a des entrepreneurs ou une main-d'œuvre répartie.

En s'associant pour émettre des cartes, une entreprise SaaS verticale peut généralement capturer jusqu'à 1,75% sur les transactions, tout en permettant à une équipe financière de surveiller plus facilement les dépenses au fur et à mesure qu'elles surviennent plutôt qu'après. L'infrastructure pour émettre des cartes évolue vers une catégorie mature, avec des startups comme Synapse et Marqeta rationalisant le processus.

Assurance

  • Ce que c'est: Offrir une assurance (par exemple, assurance des biens, indemnisation des travailleurs)
  • Solution de référence: Lien vers une autre entreprise qui offre une assurance à votre clientèle; monétiser via les frais de génération de leads
  • Solution embarquée: Exploitez vos données pour mieux souscrire une assurance et améliorer l'expérience client; monétiser en recevant% des primes vendues
  • Embedded fonctionne mieux lorsque: L'entreprise de logiciels possède les données de transaction nécessaires pour une meilleure souscription d'assurance

Les entreprises SaaS verticales peuvent également fournir une assurance à leurs clients. Par exemple, une entreprise SaaS qui dessert des restaurants pourrait fournir une assurance responsabilité civile générale à ses restaurateurs et à la société de ses employés. Alors que toutes les entreprises sont mandatées pour souscrire certaines formes d'assurance, telles que la rémunération des travailleurs, les industries (par exemple, la construction, la fabrication, la santé, les médias et l'hôtellerie) qui ont plus de complexité à évaluer les risques, tels que les risques sur le lieu de travail, l'emploi plus strict ou les exigences légales, ou les actifs réels coûteux à protéger apprécieront probablement le plus une solution SaaS verticale.

Les données collectées par la société SaaS verticale peuvent aider à la souscription – par exemple, en utilisant les avis de restaurants et d'autres données pour mieux souscrire au risque d'indemnisation des travailleurs, ou les données des clients pour de meilleures garanties de prix. Au début, nous prévoyons que les frais de recommandation continueront d'être le principal mode de monétisation, mais à terme, à mesure que les plates-formes SaaS intégreront une assurance, elles pourraient obtenir un pourcentage de la prime d'assurance vendue.

Comptes bancaires

  • Ce que c'est: Les clients finaux peuvent créer des comptes transactionnels pour détenir de l'argent
  • Solution de référence: Pas commun
  • Solution embarquée: Tirer parti des données de la plate-forme pour mieux souscrire et s'intégrer à l'expérience client; monétiser via des frais mensuels fixes et / ou le partage des intérêts
  • Embedded fonctionne mieux lorsque: Les clients effectuent des transactions (dépôts et dépenses) assez fréquemment sur la plate-forme logicielle pour mériter l'ouverture d'un compte

Les comptes bancaires ont du sens si les clients finaux collectent et effectuent des paiements fréquents via la plate-forme et bénéficieraient d'un endroit pour maintenir un équilibre pour ces fonds, plutôt que d'effectuer des virements bancaires constants. Généralement, les paiements viennent en premier, puis les comptes bancaires aident à gérer les entrées de paiements. Cela fonctionne particulièrement bien dans les industries de services (par exemple, les restaurants, l'hôtellerie, la santé / le bien-être / la beauté) et le commerce électronique.

Les comptes bancaires peuvent être activés par le biais de certains partenaires (par exemple Synapse, GreenDot), avec l'émergence d'un plus grand nombre de prestataires de services bancaires en tant que service. Plus tôt cette année, Shopify a annoncé qu'il le ferait lancer des comptes bancaires Balance, l'une des premières entreprises à proposer ce produit. Les comptes bancaires permettent à leurs marchands de collecter facilement des paiements fréquents et de payer également pour les services Shopify via un seul compte, sans avoir à quitter le logiciel Shopify et à attendre les heures de virement bancaire.

Autres services

Vous trouverez ci-dessous un certain nombre d'autres services qu'un client SaaS vertical utilise ou propose déjà, mais que l'entreprise SaaS peut fournir de manière plus transparente. Dans l'ensemble, ces services sont beaucoup moins matures que les services financiers et, aujourd'hui, les éditeurs de logiciels verticaux ne sont que des revendeurs qui orientent les clients vers des services tiers moyennant des frais. Cependant, nous prévoyons que cela se déplacera davantage vers les services intégrés, à mesure que de plus en plus de fournisseurs d'infrastructure émergeront.

  • Charges sociales – Ceci est convaincant dans les industries où le travail ou la rémunération est irrégulier, comme le travail de sous-traitant ou de projet, et le paiement est basé sur le pourcentage achevé plutôt que sur un salaire fixe. Cela inclut les services professionnels (par exemple, comptabilité, juridique et finance) ainsi que les industries créatives (par exemple, les médias). De plus, les industries qui comptent sur des pigistes et des employés transfrontaliers (par exemple, la conception, l'ingénierie, le support client) ont souvent des implications fiscales complexes qui nécessitent une solution spécifique à l'industrie.
  • Conformité – Les vérifications d'antécédents sont une option potentielle (par exemple, ServiceTitan fonctionne avec Checkr). Cela pourrait convenir aux industries qui embauchent fréquemment (p. Ex., Vente au détail, restaurants, santé / bien-être / beauté, construction) ou aux agents qui nécessitent une vérification périodique des informations d'identification (p. Ex., Assurance). Une autre opportunité de conformité comprend les contrôles KYC (Know-your-customer).
  • Avantages – Cela pourrait être plus avantageux dans les industries, où les avantages (par exemple, l'assurance maladie, les régimes d'épargne-retraite) ont généralement été difficiles à fournir, peut-être en raison de sous-traitants ou d'un travail limité dans le temps qui nécessite des prestations à durée limitée que les prestataires traditionnels n'offrent pas.

C'est juste le début…

La Fintech ouvre une nouvelle ère pour le SaaS vertical, où la majorité des revenus provient des services financiers. À mesure que les entreprises SaaS ajoutent des services financiers, elles augmentent non seulement les revenus par client (souvent de 2 à 5 fois), mais elles ouvrent des opportunités sur des marchés auparavant jugés trop petits ou pas rentables pour acquérir des clients, pour être viables.

Et ce n'est que le début. Alors que de plus en plus d'entreprises intègrent des services financiers dans leurs offres SaaS, nous sommes impatients de voir davantage de marchés ouverts et de soutenir la prochaine génération d'entreprises qui atteindront des sommets encore plus élevés.

En tant qu'investisseurs, nous sommes ravis de combiner l'expertise SaaS + fintech pour aider la prochaine génération d'entreprises de logiciels verticales à réaliser leur énorme potentiel.

*Comment avons-nous calculé cela? Basé sur une étude de marché et une conversation avec des entreprises SaaS verticales d'A16z. Dans nos conversations, la plupart des entreprises SaaS verticales facturent entre 50 $ et 1000 $ par mois pour les logiciels (200 $ / mois est un prix couramment accepté), et la plupart des clients finaux sur les marchés verticaux dépensent de 500 $ à 1500 $ / mois en logiciels et services (ce que nous en moyenne à 1000 $ / mois). Par conséquent, il existe environ 2 à 5 fois plus d’opportunités de marché lors de l’expansion de la seule partie logicielle.

**La source: https://www.fool.com/earnings/call-transcripts/2018/11/06/mindbody-inc-mb-q3-2018-earnings-conference-call-t.aspx

photo par Matin Brew sur Unsplash

Les opinions exprimées ici sont celles de l'individu AH Capital Management, L.L.C. («A16z») cités et ne reflètent pas l'opinion d'a16z ou de ses affiliés. Certaines informations contenues ici ont été obtenues de sources tierces, y compris de sociétés de portefeuille de fonds gérés par a16z. Bien que tirées de sources considérées comme fiables, a16z n'a pas vérifié de manière indépendante ces informations et ne fait aucune déclaration quant à l'exactitude durable des informations ou à leur pertinence pour une situation donnée. De plus, ce contenu peut inclure des publicités de tiers; a16z n'a pas examiné ces publicités et ne cautionne aucun contenu publicitaire qui y est contenu.

Ce contenu est fourni à titre informatif uniquement et ne doit pas être considéré comme un conseil juridique, commercial, d'investissement ou fiscal. Vous devriez consulter vos propres conseillers sur ces questions. Les références à des titres ou des actifs numériques sont à titre indicatif uniquement et ne constituent pas une recommandation d'investissement ou une offre de fournir des services de conseil en investissement. En outre, ce contenu n'est pas destiné ni destiné à être utilisé par des investisseurs ou des investisseurs potentiels, et ne peut en aucun cas être invoqué lors de la décision d'investir dans un fonds géré par a16z. (Une offre d'investir dans un fonds a16z sera faite uniquement par le mémorandum de placement privé, le contrat de souscription et toute autre documentation pertinente d'un tel fonds et doit être lue dans son intégralité.) Tout investissement ou société de portefeuille mentionné, mentionné, ou décrits ne sont pas représentatifs de tous les investissements dans des véhicules gérés par a16z, et rien ne garantit que les investissements seront rentables ou que d'autres investissements réalisés dans le futur auront des caractéristiques ou des résultats similaires. Une liste des investissements réalisés par des fonds gérés par Andreessen Horowitz (à l'exclusion des investissements pour lesquels l'émetteur n'a pas autorisé a16z à divulguer publiquement ainsi que les investissements inopinés dans des actifs numériques cotés en bourse) est disponible sur https://a16z.com/investments /.

Les tableaux et graphiques fournis sont à titre informatif uniquement et ne doivent pas être utilisés lors de la prise de décision d'investissement. Les performances passées ne représentent pas les résultats futurs. Le contenu ne parle qu'à la date indiquée. Toutes les projections, estimations, prévisions, cibles, perspectives et / ou opinions exprimées dans ces documents sont susceptibles d'être modifiées sans préavis et peuvent différer ou être contraires aux opinions exprimées par d'autres. Veuillez consulter https://a16z.com/disclosures pour plus d'informations importantes.





Traduction de l’article de dasrush : Article Original

BlockBlog

Le Meilleur de l'Actualité Blockchain Francophone & Internationale | News, Guides, Avis & Tutoriels pour s'informer et démarrer facilement avec Bitcoin, les Crypto-Monnaies et le Blockchain. En Savoir Plus sur L'Équipe BlockBlog

Commenter cet Article

Commenter cet Article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans News

Les Plus Populaires

Acheter des Bitcoin

Acheter des Alt-Coins

Sécuriser vos Cryptos

Vêtements et Produits Dérivés

Top