Rejoignez-Nous sur

French ICO – La France prête pour la Saison 2 des levées de fonds en crypto ? – TheCoinTribune

Frenc ICO

News

French ICO – La France prête pour la Saison 2 des levées de fonds en crypto ? – TheCoinTribune

Frenc ICO

Nouvel épisode de votre nouvelle rubrique “Adopte un projet Crypto” sur TCT ! On va s’intéresser aujourd’hui à un projet français, tellement français même que la couleur est franchement annoncée d’entrée de jeu : French ICO.

On parle donc aujourd’hui d’une équipe qui s’est proposée de relever un défi encore considéré comme impossible il y a peu : prouver que non seulement les ICOs (levées de fonds en cryptomonnaies) n’ont pas dit leur dernier mot, mais qu’en plus il est possible d’en organiser en France, en parfaite conformité réglementaire et légale, le tout sous la surveillance attentive de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) !

Avertissement : ces “propositions d’adoption” ne relèvent pas du conseil financier et d’investissement ! Faites de votre côté vos propres recherches, et ne prenez de décisions financières qu’une fois parfaitement éclairé.

Initial Coin Offering (ICO), Enfer et Paradis de la crypto-économie

Le 18 décembre 2019 est une date importante dans jeune histoire de la crypto-économie française. C’est en effet ce jour là – c’était un vendredi – que l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) a publié sur son site internet officiel un communiqué. Ce communiqué était une première en France, et conserve encore 6 mois plus tard toute son exceptionnalité : pour la première fois, le gendarme boursier français accordait à une opération de levée de fonds en cryptomonnaie son fameux « VISA », matérialisant que l’institution – pas nécessairement réputée pour être crypto-friendly par nature – , avait inspecté et accordé son feu vert à une opération de ce type.

« L’Autorité des marchés financiers a visé une première offre au public de jetons. La loi PACTE a en effet instauré en France un régime de visa optionnel pour les levées de fonds en « crypto-actifs. Seules les offres au public de jetons dits de service (ou utility tokens), non assimilables à des instruments financiers, sont éligibles à ce visa optionnel. Cette première offre au public est réalisée par la société French-ICO, qui a développé une plateforme de financement de projets en cryptomonnaie. Le visa de l’AMF sera valable jusqu’à la fin de la période de souscription prévue le 1er juin 2020. Cette offre figure dès à présent dans la liste des offres de jetons ayant reçu le visa de l’AMF. »

Communiqué de l’AMF sur l’ICO French ICO

AMF

L’air de rien, dans une relative discrétion, la première ICO (Initial Coin Offering) française régulée et encadrée venait de voir le jour.

Les ICOs, part essentielles de l’histoire crypto-monétaire

Si vous traînez dans les contre-allées de l’écosystème crypto depuis quelques années, je ne vous ferais pas l’injure de prétendre vous apprendre quoi que ce soit sur ce qu’est une ICO, cette levée de fonds d’un nouveau genre, sous forme de collectes de cryptomonnaies (majoritairement de l’ETH et du Bitcoin). Ces levées de fonds visent à financer des sociétés, ces dernière en contrepartie émettant des tokens (ou jetons) au profit des souscripteurs, le tout autorisé par les innovations portées par la blockchain.

Dans l’opération, pas d’intermédiaire coûteux ou complexe, pas de banque….et on va le voir rapidement, bien souvent pas de quartier.

On rappellera pour la petite histoire que la première ICO de l’histoire n’est pas celle en 2014 d’Ethereum (même si elle constituera l’étincelle qui allait ensuite embraser le secteur), mais celle de MasterCoin (devenu Omni) dont vous retrouverez la trace sur Bitcointalk et qui dès juin 2013 proposait à la communauté de contribuer à une levée de fonds en contrepartie de la cryptomonnaie nouvellement frappée. J.R Willett (son initiateur) récoltera plus de 4700 BTC dans l’opération.

J’utilise le terme « frappée » car toutes virtuelles soient-elles les devises numériques sont les héritières directes et immédiates des monnaies métal.

Elle conservent à ce titre une sémantique approchante. Si on parle d’Initial Coin Offering, « Émission Initiale de Pièce », c’est que « l’émission » est le terme technique, presque numismatique, qualifiant la naissance d’une monnaie qu’on frappe pour la première fois. On parle également de « minting » (« frappe ») de cryptomonnaies, notamment en matière de skating et de blockchain en Preuve d’Enjeu (PoS), allez faire un tour sur cet article pour en savoir plus sur la chose. Je referme là cette parenthèse académique, je ramasse les copies à la fin.

ICO en 2017, autopsie d’un désastre

Pour ceux qui ont débarqué dans le secteur plus récemment, retenez simplement ceci : dans la période 2017-2018, les ICO ont à la fois glorifié le secteur en attirant des quantités colossales de capitaux d’énergie, de talents et de focus médiatique, autant qu’elles l’ont discrédité durablement, poussant les régulateurs à travers le monde à agir et siffler la fin de la récré.

Jugez-en plutôt : plus de 4000 ICOs organisées en 2017 (entre 10 et 15 par jours !), des milliards de dollars investis par des milliers d’investisseurs, en l’absence du moindre cadre réglementaire, dans un climat d’amateurisme absolu, le tout sur un fond d’hystérie nourrie d’une conviction : ces nouvelles cryptomonnaies allaient rendre tous leurs acquéreurs immensément riches !

Bitcoin avait récemment atteint 20 000 dollars, John McAfee faisait la promotion de 2 nouveaux projets par jour à 150 000 dollars le tweet, les projets les plus improbables voyaient le jour et ramassaient des fortunes en quelques jours, sans le moindre produit fini, parfois même sans la moindre équipe identifiée…

Et dans ce barnum  perpétuel qui durera une quinzaine de mois, les habituels escrocs prêt à construire un pyramide de Ponzi à la moindre occasion, trouvant dans l’industrie des cryptomonnaies le terreau idéal : OneCoin, PlusToken, Bitconnect

L’heure des comptes

Tout cela ne pouvait que mal finir, et c’est précisément ce qui c’est passé : courant 2018, en mode gueule de bois, les projets (y compris les véritablement sérieux) ne sont plus parvenu à lever le moindre satoshi. En parallèle s’ouvrait l’ère de la régulation et des procès sur ce qui semblait être les ruines d’un secteur économique apparemment mort-né, en dépit de toutes ses promesses.

Et pourtant, cette frénésie d’ICO allait aussi permettre l’émergence et le financement de projets qui continent aujourd’hui leur croissance, dans des environnements plus maîtrisés. On évoquait initialement Ethereum, mais on pourra également citer TON de Telegram ou encore EOS, dont les levées de fonds géantes d’alors laissent toujours entrevoir de grands potentiels pour l’avenir.

La France à l’avant-garde de la smart regulation

A travers le monde, pouvoirs publics et régulateurs après avoir été initialement débordés par le phénomène arrivaient pour certains à un constat : derrière ce qui aurait facilement pu s’apparenter à une vague d’escroqueries géantes formée sur une technologie prétexte et gadget, se profilaient un panel d’innovations permises par ladite technologie peu ou mal connue : la blockchain.

C’est ainsi que dans certains gouvernements, des voix se sont faite entendre poussant à ne pas jeter Satoshi avec l’eau des ICOs. Il fallait trouver le moyen d’encadrer, de protéger les investisseurs, sans pour autant étouffer dans l’œuf l’évident potentiel derrière ces levées de fonds d’un nouveau genre.

Et – peut-être un peu étonnamment au regard de certains clichés – c’est la France qui s’est positionnée afin de parvenir à éviter une politique d’interdiction aveugle, tout en encadrant intelligemment. 

La réponse à cette demande d’encadrement équilibrée fût la Loi Pacte. Et à l’intérieur de cette loi Pacte, certaines dispositions concernant la mise en place d’un Visa optionnel de l’AMF pour qui voudrait monter une ICO, ou encore l’apparition du statut PSAN (prestataires de services sur actifs numériques).

Et un vendredi matin, le 18 décembre 2019….

Les ICOs nouvelle génération seront françaises ou ne seront pas

Pendant que les rouages réglementaires et législatifs tournaient à leur rythme, un entrepreneur marseillais avait conservé une certitude : les ICOs avaient encore leur mot à dire. Il fallait simplement apprendre à les décrasser de leur mauvaise réputation, les assortir de garanties et de mécanismes de sécurité pour, au final tenter de les faire passer sous les fourches caudines des régulateurs français.

Pub

Generic DESKTOP Banner v2.svg

Pour être tout à fait honnête, il faut avoir la caboche particulièrement dure pour s’engager sur ce genre de challenges, alors dans le même temps, tout le monde s’est simplement reconverti aux IEO (Initial Exchange Offering, soit une ICO organisée sur une plateforme d’exchange crypto, supposée apporter un peu plus de garanties aux souscripteurs), ou s’intéresse à la nouvelle tendance des STO (Security Exchange Offering, des émissions de jetons dont la nature les rapprocheraient au plus près de « vraies » actions).

Il pouvait ainsi raisonnablement sembler impossible de retenter l’aventure des ICOs en France….c’est donc précisément ce à quoi se sont attelés Christophe GAUTIER et l’équipe de French ICO !

Christophe GAUTHIER de FRENCH-ICO
Christophe GAUTIER , CEO de French ICO

L’équipe et les ambitions derrière French ICO

L’ambition de French ICO est simple : remettre au goût du jour et au profit des investisseurs, des ICOs 100 % régulées, dans un environnement sous-contrôle que ce soit d’un point de vue légal ou fiscal, ces opérations étant en outre assorties du VISA optionnel de l’AMF, attestant de leur rigueur.

Vous pourrez faire connaissance avec l’équipe sur le site officiel.

image 59

French ICO….en pleine ICO !

Je l’évoquais en introduction, prévoyant de proposer conseil, soutien et encadrement aux projets souhaitant lancer leurs propres levées de fonds crypto, French ICO est elle-même en plein appel à financement ! Quoi de mieux en effet pour encadrer de futures opérations que d’en subir les conditions soi-même.

French ICO, la plateforme de levée de fonds en cryptomonnaies française

Les conditions de l’ICO

Le soft cap de l’ICO de French ICO est placé bien loin des montants délirants auxquels l’industrie nous a parfois habitué puisque l’équipe prévoit de collecter 100 000 euros (500 ETH) pour boucler son opération.

La levée de fonds a commencé le 1er mars et doit se terminer le 1er juin prochain, soit dans un peu plus d’un mois. Après la phase 1 (qui était réservée à des investisseurs accrédités), la phase 2 se termine dans quelques jours.

Ces deux premières étapes ont d’ores et déjà permis de collecter 94 % du soft cap.

Etat d'avancement de l'ICO de French ICO

La phase 3 commence le 1er mai. Les contributions sont possibles à partir du premier centime d’euro (pas d’erreur dans cette phrase, si le cœur vous en dit, vous pouvez ainsi investir une poignée de Gwei – la plus petite décimale d’Ethereum – dans l’ICO). A noter que les contributions sont visibles en temps réel sur l’adresse du smart contract.

Bien évidemment, comme tout bon projet crypto vous en apprendrez plus en allant consulter le Livre Blanc.

Qu’est-ce qui rend l’ICO de French ICO si sécurisée pour l’investisseur ?

L’obtention du Visa optionnel de l’AMF n’est pas juste conditionnée à une simple demande polie et la validation d’un QCM par les éventuels candidats.

Non seulement le dossier de candidature doit convaincre des agents de l’AMF habitués aux standards d’IPO à plusieurs dizaines de millions d’euros, mais surtout l’opération de levée de fonds est assortie de contraintes, mises en place pour sécuriser les fonds de l’investisseur. On retiendra notamment :

  • La mise sous séquestre des fonds collectés. Les contributions en ETH ne sont pas versées à l’équipe directement, mais immobilisées sur un wallet contrôlé par un tiers de confiance. Peu de chance que l’AMF tente l’exit scam, votre investissement ne s’évaporera pas
  • Le remboursement de l’investissement en cas de faillite ou d’incapacité à atteindre le soft cap
  • Un Visa de l’AMF qui ne dure que 6 mois, interdisant de fait des opérations qui traîneraient bizarrement en longueur avec 5 tours surprises de financement supplémentaires sur 1 an (ne riez pas, c’est arrivé).

On ajoutera que la phase de KYC et de conformité AML est assuré par SYNAPS prestataire reconnu sur le sujet, et que l’ensemble de l’architecture du site est conforme aux normes de cybersécurité les plus récentes.

Au passage et puisqu’on en est à parler partenariat, on soulignera que French ICO a su bien s’entourer en s’assurant du soutien de l’association Kryptosphere ou encore de Zebitex, exchange français bien connu qui listera d’ailleurs le token FICO lorsque sera venu le moment de sa cotation.

Caractéristiques et tarifs du token FICO

Le jeton proposé durant cette vente a été baptisé FICO (French ICO Coin). C’est un authentique jeton utilitaire qui s’assume et qui contrairement à nombre de ses lointains ancêtres propose une fonction réelle : faire office de « bon d’achat » sur le site de French ICO. Autrement dit, posséder des tokens FICO vous permettra de payer les services proposés par la plateforme, une fois celle-ci lancée. Il est prévu qu’à terme, le FICO (au même titre que l’ETH) permette de contribuer aux ICOs lancées par la plateforme.

Par ailleurs, la valeur du token sera automatiquement revalorisée de 5 % tous les ans, et assortie d’un intéressement sur le CA de l’entreprise French ICO (voir détails dans la documentation technique).

Les paramètres précédents permettront de faire en sorte que la valeur du jeton ne soit pas uniquement conditionnée par les mécaniques d’offres et de demandes sur les marchés secondaires.

Le tarif durant l’ICO est 1000 FICO pour 1 ETH

La démonstration qu’une opération d’émission de jetons peut être à la fois régulée, mais également représenter un  produit d’investissement associé à une mécanique de rentabilité connue à l’avance

3 raisons d’adopter French ICO

  • Parce que cette initiative est unique en son genre. French ICO dans sa forme actuelle est sans équivalent, y compris à l’international
  • Pour déjouer symboliquement la malédiction des ICO. Vous aussi en 2017-2018 vous avez cramé des ETH en tentant d’investir dans un projet crypto évanescent ? Il est temps de renouveler l’expérience dans des conditions saines
  • Parce que tout en restant un utility token, la possession de token FICO apportera de vraies fonctionnalités à ses propriétaires

Mise en garde de l’AMF

On restera dans le thème on concluant cet épisode d’Adopte un projet crypto avec une mise en garde de l’AMF :

L’investissement dans une offre au public de jetons telle que définie à l’article L. 552–3 du code monétaire et financier comporte des risques de perte partielle ou totale de l’investissement. Aucune garantie n’est donnée quant à la liquidité des jetons acquis au cours de l’offre, l’existence d’un marché secondaire de ces jetons, la valeur des jetons acquis au cours de l’offre et la contre-valeur de ces jetons en devise. Les jetons ne constituent pas des instruments financiers au sens de l’article L. 211–1 du code monétaire et financier et ne confèrent aucun autre droit que ceux décrits dans le document d’information. En outre, le cadre réglementaire applicable à l’offre et aux jetons ainsi que le régime fiscal applicable à la détention des jetons ne sont pas définis à ce jour dans certaines juridictions.
Le visa délivré par l’AMF ne porte que sur l’offre objet du document d’information. À l’issue de la clôture de l’offre, l’AMF n’effectuera aucun suivi de l’émetteur et de son projet. Toute communication postérieure à l’offre et relative à celle-ci ne fera l’objet d’aucune revue par l’AMF. Le souscripteur est invité à consulter la rubrique 4 « facteurs de risques » du document d’information.

Pub

CryptoMBA DESKTOP Banner4



Retrouver l’article original de Hellmouth Banner ici: Lien Source

BlockBlog

Le Meilleur de l'Actualité Blockchain Francophone & Internationale | News, Guides, Avis & Tutoriels pour s'informer et démarrer facilement avec Bitcoin, les Crypto-Monnaies et le Blockchain. En Savoir Plus sur L'Équipe BlockBlog

Commenter cet Article

Commenter cet Article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans News

Les Plus Populaires

Acheter des Bitcoin

Acheter des Alt-Coins

Sécuriser vos Cryptos

Vêtements et Produits Dérivés

Top