Rejoignez-Nous sur

Goldman Sachs met en garde ses clients fortunés sur le bitcoin et les cryptos

2348952 goldman sachs met en garde ses clients fortunes sur le bitcoin et les cryptos web 0603316274023

News

Goldman Sachs met en garde ses clients fortunés sur le bitcoin et les cryptos

2348952 goldman sachs met en garde ses clients fortunes sur le bitcoin et les cryptos web 0603316274023

Goldman Sachs invite ses riches clients à la plus grande prudence à l’égard du bitcoin et des cryptos, que ce soit comme un investissement à court et à long terme. C’est la conclusion d’une présentation sur les perspectives économiques aux Etats-Unis et ses implications pour l’inflation, l’or et le bitcoin, effectuée par Sharmin Mossavar-Rahmani, la directrice des investissements de la gestion de fortune privée de la banque.

Bulles

Le bitcoin et les cryptos ne constituent pas une nouvelle classe d’actifs qui mérite une place, même modeste , dans un portefeuille diversifié. En proie aux bulles , et utilisée par l’économie informelle , le bitcoin ne protège pas contre l’inflation estime la banque. Son cours est trop volatil , et son lien avec les autres marchés trop instable , pour offrir de la diversification et une réduction des risques. Sharmin Mossavar-Rahmani, s’était déjà montrée très méfiante à l’été 2018 lors de l’année de l’éclatement de la bulle. La baisse du bitcoin allait se poursuivre selon elle.

« Bien que des hedge funds estiment que le trading des cryptos est attrayant compte tenu de leur forte volatilité, cet attrait ne constitue pas un motif viable d’investissement » a-t-elle souligné cette semaine. Goldman Sachs est historiquement un des principaux « prime broker » (courtier) des hedge funds, mais pas pour ceux spécialisés sur les cryptos et bitcoin.

Accueil glacial

Depuis la conférence de Goldman Sachs, le prix du bitcoin a progressé de 7,5 % alors que le cours de la banque, cotée à Wall Street, a cédé près de 1 %, n’ont pas manqué de souligner les défenseurs des cryptos. Résumant l’accueil très critique de la conférence dans cette communauté, Tyler Winklevoss, fondateur de la plateforme Gemini, déclara sur Twitter que « Wall Street est le lieu où finiront tous ceux qui échouent sur les cryptos » comme en témoigne « la qualité de la recherche de la « pieuvre » (NDLR : surnom donné à la banque américaine) ». La fuite des talents de la finance vers les cryptos n’en est qu’à ses débuts selon lui.

« Le bitcoin ce n’est pas pour moi »

Le 30 novembre 2017 quand le bitcoin valait 9.700,00 dollars, Lloyd Blankfein, alors président de la banque avait déclaré sur « Bloomberg Television » que « quelque chose qui varie de 20 % du jour au lendemain ne peut pas être considéré comme une monnaie. C’est un moyen de frauder ». « Le bitcoin ce n’est pas pour moi » et si un client de la banque demandait à en acheter, Goldman Sachs lui conseillerait de s’adresser à un autre établissement. Le bitcoin et son marché doivent être bien plus liquides et moins volatils, pour que la banque y engage sa crédibilité et réputation, en y allouant des moyens financiers et humains. Pour Goldman Sachs, les risques ne sont pas assez correctement rémunérés et les perspectives de profits trop faibles.

crypto-sphère financière

En 2019, la banque avait démenti le projet, né fin 2017 près du sommet de la bulle , de lancer une activité sur les cryptos et bitcoin pour le compte de ses clients. « Nous n’avons jamais envisagé une telle activité », avait déclaré le nouveau président de Goldman Sachs, David Solomon. Pourtant, ce projet était très avancé selon le «New York Times». Il n’aurait pas obtenu le dernier feu vert du conseil d’administration de la banque, inquiet du plongeon du bitcoin en 2018.

Les traders de la banque n’ont pas attendu pour spéculer sur les cryptos afin de faire fructifier leur patrimoine personnel. En 2012, l’agence Reuters avait révélé qu’un certain nombre de collaborateurs de Goldman Sachs et Morgan Stanley consultaient parfois frénétiquement, jusqu’à 30 fois par jour, les premières plateformes où acheter et vendre des bitcoins. Les traders spéculaient pour leur compte personnel quand cours de la leader des cryptos valait alors à peine 5 dollars. Certains collaborateurs sont allés plus loin et ont rejoint la crypto sphère financière.

Tisser des liens

Fred Ehrsam, trader sur les devises a cofondé Coinbase en 2012 avant de lancer sa société d’investissement Paradigm six ans plus tard. Tom Jessop, a rejoint le gérant Fidelity comme président de Fidelity Digital assets. Galaxy Digital , fondée par Michael Novogratz, un ancien de la banque, ambitionne de devenir le « Goldman Sachs des cryptos ». La banque a déjà indirectement pris pied dans la crypto-sphère financière. Elle a investi dans Circle, une société qui a lancé un « stablecoin » (une crypto dont le cours est stable) et racheté la plateforme Poloniex. Dans tous les métiers financiers, la banque maintient des liens avec ses anciens collaborateurs. Réactivés en temps voulu, ils lui offriront un avantage par rapport à ses concurrents. Elle n’a pas fermé la porte aux cryptos.



Retrouver l’article original de Nessim Ait-Kacimi ici: Lien Source

BlockBlog

Le Meilleur de l'Actualité Blockchain Francophone & Internationale | News, Guides, Avis & Tutoriels pour s'informer et démarrer facilement avec Bitcoin, les Crypto-Monnaies et le Blockchain. En Savoir Plus sur L'Équipe BlockBlog

Commenter cet Article

Commenter cet Article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans News

Les Plus Populaires

Acheter des Bitcoin

Acheter des Alt-Coins

Sécuriser vos Cryptos

Vêtements et Produits Dérivés

Top