Rejoignez-Nous sur

Kryptosphère, l’association étudiante qui sait comment parler #Blockchain #Cryptomonnaie & #Intelligence Artificielle aux millenials ET aux boomers !

1581495323

News

Kryptosphère, l’association étudiante qui sait comment parler #Blockchain #Cryptomonnaie & #Intelligence Artificielle aux millenials ET aux boomers !

Interview par le CFC du fondateur et président, Thibault Langlois-Berthelot

« Les étudiants se battent pour y rentrer, et les entreprises se bousculent pour travailler avec eux ! Les Grandes Ecoles culpabilisent de ne pas avoir eu l’initiative plus tôt… et la Commission Européenne les écoute ! Ils sont devenus incontournables en très peu de temps. »

– Entendu lors de la rentrée [email protected] en septembre 2019 –  

LVBG pour CFC – Peux-tu nous parler de KRYPTOSPHERE® en quelques mots ?

Thibault Langlois-Berthelot KRYPTOSPHERE® est la première association étudiante multi-technologique (Blockchain & Intelligence Artificielle) en Europe. Notre projet représente aujourd’hui près de 100 étudiants actifs dans 4 villes (Paris-Rennes-Marseille-Londres), et dans 5 écoles de commerce et d’ingénieurs en Europe. Nous sommes accompagnés par des partenaires renommés internationalement (Ledger, Binance, Sesterce…). 

LVBG – Comment est née l’idée ?

TLB – L’idée est avant tout issue d’une passion commune, à propos des technologies Blockchains et des crypto-actifs. Elle a émergé de façon parsemée au sein de diverses écoles de commerce et d’ingénieurs françaises (Kedge Business School, Rennes School of Business, IMTBS-TSP, l’ENSAE Paris-Tech, Centrale Marseille et bientôt d’autres…). Plusieurs étudiants de différentes villes et écoles avaient tout simplement la même volonté : partager leur passion auprès du plus grand nombre et façon globale. 

Pour cela, mon principal rôle en tant qu’initiateur de ce projet a été de fédérer tous ces étudiants aux profils divers, autour d’un projet de développement commun qui faisait sens, tant sur le plan théorique que technique. 

Ainsi, nous avons réussi en tout juste deux ans à créer un mouvement étudiant d’une grande ampleur. Nous diversifions actuellement notre projet avec plusieurs départements axés exclusivement sur l’intelligence artificielle, et nous recherchons activement des étudiants motivés dans nos écoles partenaires pour nous rejoindre !

LVBG – Quelles ont été les évolutions de l’organisation ?

TLB – Elles sont très nombreuses. Nous avons commencé ce projet à 4 étudiants, et nous sommes aujourd’hui 76 en France. Cela signifie que notre fonctionnement interne a subi et nécessité de nombreuses transformations afin de pouvoir faire collaborer des étudiants d’horizon divers, autour de plusieurs objectifs communs. Et cela, de façon optimale et pertinente ! Tout comme les structures qui connaissent une forte croissance dans un temps limité, notre fonctionnement interne est passé d’un fonctionnement similaire à une startup, à celui d’une PME : réseaux sociaux internes, serveur physique privé, processus et règlements internes à respecter, nombreux weekends de formations et de cohésions…

Bien-sûr, notre nature associative nous laisse une certaine flexibilité vis-à-vis de nos étudiants bénévoles, mais les enjeux actuels que nous connaissons (collaborations poussées avec des acteurs professionnels qualifiés) nous poussent à demander un investissement personnel à la fois important et très rentable pour les étudiants qui nous rejoignent.

LVBG – Quelles sont les actions de KryptoSphere aujourd’hui ?

TLB – Nous essayons d’en proposer une grande variété, afin de démocratiser ces technologies de façon efficace partout en France : conférences, ateliers de formation à Centrale Marseille, Kedge Business School ou encore à la Fac de Droit de Aix-en-Provence, tables rondes, réalisation de quelque prototype Blockchain (Proof of Concept) etc.

Du fait de notre positionnement sur des marchés à forte évolution, nous laissons libre cours à nos partenaires ou encore aux personnes, internes ou externes à notre projet, qui sont fortes de propositions vis-à-vis de leurs attentes. Nos étudiants sont ainsi capable de réaliser divers projets de façon flexible et professionnelle, car après tout, ce n’est que leur passion qu’il exprime et concrétisent ! 😉  

 

LVBG – Quels sont vos liens avec l’INATBA ?

TLB – Ils sont étroitement liés à nous : nous faisons partie des premières structures à avoir postulé pour l’intégrer ! Une grande confiance et responsabilité nous a été accordée tout de suite. Nous sommes actuellement une dizaine de projets à avoir réalisé des rapports individuels qui ont été envoyés à la Commission Européenne après la conférence à laquelle nous avons participé : The Global Blockchain Congress, organisée entre autres par l’INATBA en novembre dernier à Malaga. 

LVBG – Quelles sont les perspectives de KRYPTOSPHERE®, comment vous projetez vous dans cinq ans ?

TLB – Nous souhaitons nous positionner comme une association étudiante avant-gardiste en matière de nouvelles technologies. Aujourd’hui encore, de nombreuses écoles sous-estiment la manière dont notre société est déjà, et viendra à être, impactée dans les décennies à venir par des technologies de ruptures. 

Nous souhaitons tout simplement que les étudiants puissent devenir acteurs de cet écosystème, et non pas de simples consommateurs ignorants. 

Pour cela, nous remercions les écoles qui nous font actuellement confiance, et nous espérons que de nombreux autres étudiants nous rejoindront. De nombreuses annonces vont être faites courant 2020. Pour l’année 2021, nous projetons de développer un nouveau département dédié à l’Internet des Objets (IoT ou Internet Of Things), en partenariat avec Ledger.

LVBG – Avez-vous des discussions avec des représentants du gouvernement ? 

TLB – Absolument, nous sommes actuellement en discussion avec le représentant en charge du rapport interministériel sur le développement des technologies de registre distribué en France. Nous avons aussi eu la chance de rencontrer le directeur de cabinet du ministre de l’éducation, qui a pu nous aider dans notre entreprise de développement.

LVBG – Quels sont vos projets avec les entreprises ?

TLB – Nous intensifions notre relation avec le leader mondial Ledger, avec la visite de leur nouvelle usine de Vierzon le 15 novembre dernier ! Ils nous avaient déjà fourni des Ledger Nano S avec notre logo gravé dessus.

Par ailleurs, nous préparons actuellement de nombreux événements à notre partenaire Binance en France. Vous pouvez suivre nos divers réseaux sociaux pour suivre toutes nos avancées.

Les questions CFC-inside 

LVBG – Peux-tu présenter ton parcours brièvement à notre communauté ?

TLB – J’ai intégré Kedge Business School en 2017 après ma classe préparatoire HEC. Actuellement en année de césure à Londres, je m’occupe du pilotage à distance du projet avec plusieurs de mes collaborateurs eux aussi en année de césure (Titouan Galpin, Fanis Michalakis…). Après avoir longtemps observé le marché des crypto-actifs dans un premier temps, l’idée de créer un projet associatif étudiant et inter-écoles sur le sujet m’est apparue comme une formidable opportunité en 2017.

LVBG – Ton coin préféré ?

TLB – Sans hésitation : BitConnect ! Sans blague : Bitcoin bien-sûr 😉 

LVBG – Quel est la personnalité de la crypto que tu admires le plus et pourquoi ?

TLB – Vitalik Buterin, du fait de sa précocité non seulement en termes d’âge, mais aussi d’intelligence, de technique et de vision globale concernant l’avenir des crypto-actifs.

Pour plus d’informations : https://kryptosphere.org/ 

Sur Facebook  https://www.facebook.com/KryptoSphereKBS/ 

Sur Twitter @KryptoSphere_





Retrouver l’article original de Admin ici: Lien Source

Continuer