Rejoignez-Nous sur

La Blockchain n’est pas le remède miracle à la Fraude électorale – TheCoinTribune

shutterstock 1526648066

News

La Blockchain n’est pas le remède miracle à la Fraude électorale – TheCoinTribune

shutterstock 1526648066

Qui a peur de la blockchain ? Les politiciens et quelques scientifiques. Le principal argument cité : danger pour la sécurité nationale, rien que ça ! Une prise de position en somme paradoxale, quand on sait que la blockchain est quand même censée garantir un niveau de sécurité plus élevé que les méthodes de transaction classiques centralisées.

Les 3P : Papier, Personne, Pas Internet !

A l’heure où le monde se confine pour combattre le coronavirus, les électeurs du Wisconsin votent affublés de masques pour la primaire démocrate – c’est sans rappeler une certaine élection municipale dans un pays qui a connu et qui connaît la guerre des masques

Sujet politique sur la table, crise sanitaire oblige : faut-il voter autrement ? Le vote par correspondance semble être mieux accueilli que le vote sur internet.

L’Association Américaine pour l’Avancement de la Science (AASS) a même rédigé une lettre prenant position contre le vote électronique.

Les élections américaines durant cette crise sanitaire doivent se dérouler en utilisant des alternatives « simples » – comprenez, sans chichi digital : votes par courrier ou par correspondance. Le mot d’ordre : se dispenser d’internet.

Les facteurs bloquants pour la blockchain

Le vote sur internet soulève de nombreuses questions problématiques : les problèmes récurrents que rencontrent les applications en ligne: les attaques DDOS, les logiciels malveillants, l’atteinte à la vie privée.

Ces facteurs de risques peuvent falsifier des résultats des votes via des manipulations frauduleuses.

Souvent présentée comme la panacée ultime, l’utilisation de la blockchain est aussi fortement remise en question. La mise à disposition des informations sensibles des électeurs à une organisation tierce, n’est tout simplement pas envisageable.

D’autant plus que l’accès au public à ce type de système n’a fait l’objet d’aucune étude scientifique jusqu’à ce jour. Les risques accrus d’usurpation d’identité conforte l’idée d’un danger pour la sécurité nationale.

Les études effectuées par les experts du Massachusetts Institute of Technology (MIT) sur l’application de vote électoral Voatz, rejettent ainsi définitivement l’utilisation de la blockchain pour les élections.

Les risques cités – violation de la vie privée, cyber attaques –  apparaissent trop facilité par un environnement numérique, fut-il sécurisé à la mode blockchain.

Blockchain et fraudes électorales : sujets pertinents ou peur du changement ? Les politiciens malhonnêtes n’ont pas attendu la blockchain pour apprendre et maîtriser l’art de la fraude. Mais bon, ce n’est jamais moi, c’est l’autre ! Quand ce n’est pas la blockchain, c’est un autre pays qui est accusé d’ingérence dans les élections.



Retrouver l’article original de Zoe De la Roche ici: Lien Source

BlockBlog

Le Meilleur de l'Actualité Blockchain Francophone & Internationale | News, Guides, Avis & Tutoriels pour s'informer et démarrer facilement avec Bitcoin, les Crypto-Monnaies et le Blockchain. En Savoir Plus sur L'Équipe BlockBlog

Commenter cet Article

Commenter cet Article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans News

Top
ut leo consectetur Aenean neque. in quis ut justo