Rejoignez-Nous sur

La Chine absorbe des Blockchains par dizaines sur fond d’Espionnage Technologique – TheCoinTribune

shutterstock 1261948831

News

La Chine absorbe des Blockchains par dizaines sur fond d’Espionnage Technologique – TheCoinTribune

shutterstock 1261948831

La Chine fait parler d’elle depuis quelques jours avec le lancement de BSN (Blockchain-based Service Network) qui s’est donné pour ambition pharaonique de créer un hub rassemblant toutes les blockchains en passant par Ethereum, EOS ou encore Tezos. S’agit-il d’une bouffée d’oxygène pour les Altcoins ou bien d’un espionnage à l’échelle industrielle ?…


The great Fire Wall

Le moins que l’on puisse dire est que la position officielle de la Chine envers les cryptomonnaies est pour le moins ambiguë.

Le pays arbore l’une des législations les plus strictes du monde si bien que le plus grand exchange du monde, Binance, fondé originellement à Shanghai, a dû faire ses valises et quitter le pays pour aller s’installer à Malte. Impossible d’acheter du Bitcoin en yuan à moins de posséder un VPN et de ruser. Et alors que les exchanges chinois représentaient 90 % du trading de cryptomonnaie en 2017, la paire BTC/CNY ne représente plus que 1 % des volumes.

Part du yuan dans e trading de Bitcoin
Courbe rouge : prix du Bitcoin
Courbe bleue : trading de BTC en yuan

Cela fait maintenant bientôt 4 ans que les exchanges de cryptomonnaies sont interdits par les autorités chinoises qui voient le Bitcoin comme un moyen de sortir de l’argent du pays. Or de telles fuites de capitaux sont une menace directe au contrôle du taux de change du Yuan et la planification centrale des investissements à l’étranger.

Paradoxalement, l’industrie du mining de Bitcoin n’est pas (encore) interdite. À partir de 2013, des régions comme la province du Sichuan sont devenues la Mecque des grandes opérations de mining grâce au très faible coût de l’électricité et l’accès facile aux dernières puces ASIC de Bitmain (de loin le plus grand fabricant mondial).

Et pourtant, la puissance de mining chinoise représenterait 65 % de la puissance mondiale. C’est ce que révèle le Cambridge Centre for Alternative Finance qui analyse les données de 3 grands mining pools représentant 37 % du hashrate total du Bitcoin (BTC.com, Poolin et ViaBTC).

Part de la Chine dans le mining de Bitcoin
Données datant du mois d’Avril 2020

Sans oublier que Xi Xinping a déclaré en 2019 que le développement de la blockchain devait être une priorité. Cette schizophrénie n’est pas anodine et fait éclater au grand jour un double jeu assez trouble. Pourquoi adopter une approche pro blockchain-mais-pas-Bitcoin alors que la création de Satoshi Nakamoto reste à ce jour ce qu’il ce fait de mieux en matière de blockchain décentralisée ?

C’est en gardant tout cela en tête que nous allons maintenant parler de BSN (Blockchain-based Service Network) créé par l’entreprise technologique chinoise Red Date Technology.

Qui est derrière le BSN ?

He Yifan, CEO BSN (Blockchain-based Service Network)
He Yifan, au Great Bay Area International Blockchain Week du 5 au 7 août 2020 à Shenzhen, en Chine

He Yifan, le CEO de Red Date Technology a pour ambition d’aider les développeurs à construire des applications décentralisées et de construire une « interopérabilité » entre les blockchains. L’entreprise affirme vouloir être la glue entre les blockchains pour permettre “l’échange de tokens/datas“. À deux doigts d’inventer un exchange…

Ethereum, EOS, le francais Tezos, Neo, Nervos ou encore IRISnet (Shanghai) ont rejoint la plateforme BSN qui se veut donc un hub de blockchains déjà existantes. Le but ? Offrir un portail unique pour les développeurs recherchant des solutions permettant de créer des applications décentralisées. Rien de nouveau sous le soleil…

Pire, il y a de quoi être suspicieux lorsque l’on se penche sur les partenaires du projet. UnionPay, China Mobile et le State of Information Center (SIC). UnionPay (émetteur de cartes bancaires plus important que Visa et Mastercard) et China Mobile (Télécom) sont des entreprises publiques. Le SIC, quant à lui, est rien de moins qu’un think tank gouvernemental qui, à l’instar des think tanks occidentaux, est un bras armé intellectuel du deep State.

BSN parti communiste Chinois
“Le Parti communiste chinois est opposé à la démocratie et à la liberté d’expression. Il gère l’un des pare-feux Internet les plus restrictifs au monde pour répimer sa population et écraser la dissidence 2) BSN est contrôlé par le Parti communiste chinois 3) On ne peut donc pas lui faire confiance.”

Au États-Unis, par exemple, le think tank le plus puissant est le Council of Foreign Relations (CFR). Ses membres sont considérés comme les grands prêtres de la politique extérieure impérialiste américaine. La majorité de ses fondateurs furent des banquiers de Bank of America, Citigroup, Goldman Sachs, J. P. Morgan, ou des entreprises pétrolières. On y trouve de nos jours des « célébrités » comme les Clinton, Soros, George Bush, Kissinger, Janet Yellen (ancienne présidente de la FED), Lloyd Blankfein (CEO de Goldman Sachs), Rupert Murdoch (propriétaire d’un conglomérat médiatique), etc.

« Le CFR est ce qui se rapproche le plus d’une élite dirigeante aux États-Unis. »

Richard Harwood rédacteur en chef du Washington Post (l’équivalent du Monde en France)

Le SIC est affilié à la plus haute autorité administrative de Chine, la National Development and Reform Commission. Un ministère qui fusionna en 1991 avec le département de la propagande. Il sera même chargé de la censure sur l’internet chinois jusqu’en 2011. Autant dire que le BSN est entre de bonnes mains…

Il y a-t-il un lien avec le cryptoyuan ?

C’est en tout cas ce que l’on devine si l’on se penche sur le fil twitter de BSN :

Pub

Generic DESKTOP v4 DK BLUE.svg

Cryptoassets are highly volatile unregulated investment products. No EU investor protection. Your capital is at risk.

BSN
L’article de TheCointelegraph ici

Et cela alors même que He Yiefan s’est bien gardé d’en parler dans sa grandiloquente intervention au début du mois d’août à Shenzen lors d’une conférence organisée par nos confrères de Cointelegraph China.

Tous les ingrédients sont réunis pour supposer que BSN est une officine d’espionnage du gouvernement chinois dont la mission est d’aspirer toute la technologie liée aux différentes blockchains. Et probablement recruter les meilleurs développeurs. Dans quel but exactement ? Construire une blockchain compatible avec le système bancaire et sur laquelle se basera le fameux « cryptoyuan ».

De plus en plus de journalistes suspectent que le « cryptoyuan » sera une arme supplémentaire en vue de torpiller l’hégémonie du dollar et de concurrencer les systèmes de paiement globaux tel que le système de paiement international SWIFT.

La Chine multiplie depuis quelques années les projets d’indépendance vis-à-vis des infrastructures occidentales. En effet, l’écrasante majorité des membres du conseil d’administration du réseau SWIFT sont des banquiers européens ou américains. Cette mafia au service des intérêts de l’Oncle Sam qui a déjà déconnecté l’Iran… L’empire du milieu sait donc à quoi s’attendre. Cette dépendance est le talon d’Achille de ses ambitions impérialistes.

Il faut maintenant rappeler que le « cryptoyuan » dans sa version actuelle ne repose pas sur une blockchain. He Yiefan l’a concédé lorsque les reporters de Thecointelegraph lui ont tiré les vers du nez :

« Dans sa version actuelle, le cryptoyuan n’est pas très différent des applications déjà existantes telles que Alypay ou Wechat »

He Yiefan, patron de SBN

En effet, il ressemble surtout à une tentative de faire disparaître le cash…

Application du cryptoyuan en test dans 4 grandes villes chinoises
App du cryptoyuan en test

La principale innovation du cryptoyuan est pour le moment de permettre des transactions de téléphone à téléphone (sans internet). Une option qui pourrait se révéler très utile pour les nouvelles routes de la soie si certains pays jouent le jeu des États-Unis en bloquant les transactions financières en provenance de Chine

Bitcoin vs Cryptoyuan

Il va sans dire que le parti communiste chinois n’est pas exactement l’archétype de la décentralisation… Le cryptoyuan ne sera pas un outil d’émancipation… Il sera au contraire un nouvel outil de surveillance de masse préparant la fin de l’argent liquide et de l’anonymat.

Nous le rappelons souvent sur Thecointribune : la Chine a mis en place un système de crédit social. Chaque citoyen est noté par un algorithme passant à la moulinette ses moindres faits et geste (datas). Historiques d’achats compris. Acheter trop d’alcool, par exemple, revient à s’exposer à une perte de crédits synonyme de privation de libertés. Notamment l‘interdiction d’acheter des produits de luxe comme un billet de train, d’avion et bien d’autres choses. Le cryptoyuan prépare l’avènement de l’apartheid 2.0. Une prison à ciel ouvert où ceux qui refusent la philosophie de vie du parti ne jouissent plus de leur argent…

Le cryptoyuan sera aussi un outil impérialiste. Le fait que la FED soit en branle-bas de combat pour créer un « Digital Dollar » doit nous mettre la puce à l’oreille. Surtout quand on sait que 90 % des dollars en circulation sont déjà sous forme digitale… Rendez-vous sur cet article dans lequel nous décortiquons le dernier discours de la gouverneure de la FED Lael Brainard.

Encore une fois, insistons sur le fait que la Chine a banni les exchanges de cryptomonnaies. Elle ne tolère le mining de Bitcoin que pour deux raisons :

  • Favoriser un écosystème de professionnels de la blockchain qui pourront apporter leurs savoir-faire afin de servir ses propres ambitions totalitaristes.
  • Ne pas être pris au dépourvu si jamais le Bitcoin finissait pas devenir l’or du vingt-et-unième siècle.

Ce dernier point est loin d’être farfelu puisque la Chine achète de l’or sans compter en vue d’accélérer l’internationalisation du Yuan.

Pub

1594581145 2 2 Generic BG IMG DESKTOP v4

Cryptoassets are highly volatile unregulated investment products. No EU investor protection. Your capital is at risk.

Nous avons tous tendance à nous emballer dès que se présente un “game changer” laissant poindre un regain massif d’intérêt pour les cryptomonnaies ainsi qu’un bull run gargantuesque… Nous oublions malheureusement trop souvent ce que représente le Bitcoin… Il est une garantie de nos libertés, une protection contre l’inflation, un moyen de paiement anonyme, une monnaie apatride. En somme, il est une parade au système d’esclavage monétaire. A contrario, BSN n’est qu’une excroissance du parti communiste chinois cherchant à retourner la technologie blockchain contre nous

Surveillance de masse chine
Cameras à reconnaissance faciale





Retrouver l’article original de Nicolas Teterel ici: Lien Source

BlockBlog

Le Meilleur de l'Actualité Blockchain Francophone & Internationale | News, Guides, Avis & Tutoriels pour s'informer et démarrer facilement avec Bitcoin, les Crypto-Monnaies et le Blockchain. En Savoir Plus sur L'Équipe BlockBlog

Commenter cet Article

Commenter cet Article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans News

Les Plus Populaires

Acheter des Bitcoin

Acheter des Alt-Coins

Sécuriser vos Cryptos

Vêtements et Produits Dérivés

Top