Rejoignez-Nous sur

Le bitcoin ou l’ère de la double bulle

rawpixel 557123 unsplash

News

Le bitcoin ou l’ère de la double bulle

2407668 le bitcoin ou lere de la double bulle web

Publié le 20 avr. 2021 à 7:19Mis à jour le 20 avr. 2021 à 7:51

Cherchez la bulle… Dans une épidémie qui a déjà fait plus de 3 millions de morts dans le monde, les marchés financiers battent leurs records. Les actions n’ont jamais valu aussi cher, aux Etats-Unis comme en Europe. En France, leurs cours se rapprochent du pic de septembre 2000, atteint lors de la bulle Internet. Les taux d’intérêt à long terme restent très bas, voire négatifs, ce qui signifie que les obligations ont une valeur très élevée. De nouveaux actifs s’enflamment comme le bitcoin, dont le prix a décuplé en un an – et dont la valorisation du stock a dépassé les 1.200 milliards de dollars, le 14 avril 2021.

Les promesses du Nouveau monde

D’où vient pareille frénésie ? L’argent qui coule à flots joue sans doute un rôle central. Depuis les débuts de l’épidémie, les banques centrales ont ouvert les robinets en grand. Des foules d’Américains ont investi en Bourse les chèques reçus de l’administration Trump. Mais cette explication ne suffit pas. En réalité, les deux grands souffles qui gonflent les plus belles bulles se font sentir en même temps. Pour la première fois de l’histoire.

Le premier grand souffle des bulles est un souffle économique. C’est l’espoir d’un monde nouveau qui va rapporter des fortunes. Les investisseurs veulent capter cette fortune au plus vite, le plus souvent sans parvenir à détecter la source des futurs profits. C’est ainsi que se sont formées les premières grandes bulles au début du XVIIIe siècle. Les petits porteurs misaient… sur les promesses du Nouveau monde.

A Paris, on se bousculait rue Quincampoix pour acheter des actions de la Compagnie du Mississippi, fondée pour faire des échanges avec les colonies françaises de Louisiane et de la rivière Mississippi. A Londres, les actionnaires s’emballaient pour la South Sea Company (« Compagnie de la mer du Sud »), qui détenait le monopole du commerce avec les colonies espagnoles outre-Atlantique.

Faillite des compagnies ferroviaires

Les investisseurs avaient raison de s’enthousiasmer pour l’Amérique, les Etats-Unis devenant la première puissance économique de la planète deux siècles plus tard. Mais ils ont acheté trop tôt. Et s’ils ont bien vu la fleur, ils n’ont pas su où tomberait le fruit. Cette histoire s’est répétée avec une constance fascinante. A la fin du XVIIIe siècle, les Anglais se sont rués sur les canaux, suite au succès de la voie d’eau creusée par le duc de Bridgewater pour acheminer son charbon à Manchester. Ils pariaient sur le transport fluvial.

Quarante ans plus tard, les Britanniques ont acheté en masse les actions des compagnies ferroviaires – la première ligne régulière avait ouvert entre Manchester et Liverpool en 1830. Ils ont donc anticipé la formidable mutation engendrée par le train. Mais ce ne sont pas les compagnies ferroviaires qui en ont profité. La plupart ont fait faillite ou ont été nationalisées. En revanche, de nombreux territoires desservis par le rail ont pu prospérer.

Aujourd’hui, la politique monétaire menée par les grandes banques centrales est à nouveau extraordinairement accommodante.

Les investisseurs se sont ensuite emballés pour les villes dans les années 1870, en achetant des immeubles à Paris, Berlin ou Vienne jusqu’au krach de 1873, une semaine après l’ouverture de l’exposition universelle dans la capitale autrichienne. L’urbanisme moderne a aussi été une extraordinaire source de croissance et d’efficacité… qui a profité à peu d’investisseurs précoces.

Innovations mal maîtrisées

Puis gonfla, à la fin du XXe siècle, la bulle Internet. Une nouvelle économie allait engendrer des milliards dans le cyberespace. Les investisseurs se sont précipités sur des actions de start-up aujourd’hui oubliées de tous (Boo.com, Lernout & Hauspie, Inktomi valorisé 25 milliards de dollars en 2000 avant d’être racheté cent fois moins cher par Yahoo! trois ans plus tard). Ils ont aussi payé des fortunes pour avoir un ticket dans une compagnie de télécoms. Ils avaient ô combien raison de parier sur les promesses d’Internet. Mais l’argent est venu plus tard et ailleurs, chez Google, Amazon et Facebook.

L’autre grand souffle des bulles est financier, via des innovations mal maîtrisées. Le point de départ est parfois privé. C’est le cas de la crise financière de 2008 : des banques avaient transformé des montagnes de prêts immobiliers de mauvaise qualité (« subprime ») en titres financiers bien notés. Il peut aussi être public. Comme dans la tulipomanie néerlandaise du XVIIe siècle, alimentée par les énormes masses de métaux précieux attirées à Amsterdam par la politique monétaire trop convaincante des Pays-Bas.

Ou la bulle boursière qui a explosé à New York en 1929, largement gonflée par les achats d’actions à crédit autorisés depuis 1926. Ou encore la bulle associant actions et immobilier au Japon à la fin des années 1980, sur fond de politique monétaire très accommodante.

Privatisation du seigneuriage

Aujourd’hui, la politique monétaire menée par les grandes banques centrales est à nouveau extraordinairement accommodante. Face à la crise engendrée par l’épidémie de Covid-19, les autorités ont aussi assoupli des mesures de prudence financière. Et des professionnels de la gestion récoltent des milliards dans des coquilles vides (SPAC, ou « Special Purpose Acquisition Company »).

Aujourd’hui, toujours, l’essor des cryptomonnaies fait miroiter une nouvelle source de profit, la privatisation du droit de seigneuriage préempté par les Etats depuis des siècles. Le bitcoin s’inscrit parfaitement dans les deux vents de l’histoire des bulles : la terre promise et l’innovation financière. Bienvenue dans l’ère de la double bulle. Jusqu’ici, tout va bien.



Retrouver l’article original de Jean-Marc Vittori ici: Lien Source

BlockBlog

Le Meilleur de l'Actualité Blockchain Francophone & Internationale | News, Guides, Avis & Tutoriels pour s'informer et démarrer facilement avec Bitcoin, les Crypto-Monnaies et le Blockchain. En Savoir Plus sur L'Équipe BlockBlog

Commenter cet Article

Commenter cet Article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans News

Les Plus Populaires

Acheter des Bitcoin

Acheter des Alt-Coins

Sécuriser vos Cryptos

Vêtements et Produits Dérivés

Top
diam non porta. ut nec libero venenatis, lectus risus. Aenean