Rejoignez-Nous sur

Le destin de Bitcoin (BTC) est-il entre les mains des Mineurs ? – TheCoinTribune

shutterstock 774939058

News

Le destin de Bitcoin (BTC) est-il entre les mains des Mineurs ? – TheCoinTribune

shutterstock 774939058

Pub

1594652357 28 feel mining desktop juil20

Parfois craint ou envié, souvent méconnu le monde des mineurs de Bitcoin demeure largement empreint de mystère et d’incompréhension. Il est ainsi grand temps de mieux explorer le fonctionnement et les acteurs de ce secteur essentiel au fonctionnement de l’écosystème Bitcoin. Difficile de ne pas le remarquer dès lors qu’on s’intéresse un peu au sujet : il existe une indéniable centralisation en raison de la concentration de pouvoir entre les principale pools (cooperatives) de mineurs. Ce phénomène est-il de nature à avoir un impact sur le réseau ? Pire, les mineurs seraient-ils en mesure de modifier Bitcoin ? Il est temps de faire le point, et d’en profiter pour étudier plus en détail le système de gouvernance de Bitcoin.

La gouvernance de Bitcoin

shutterstock 583250650

Avant même d’évoquer le rôle des pools de minage de Bitcoin et leurs potentiels pouvoirs sur le réseau, étudions avant tout comment s’articule la gouvernance de Bitcoin.

Commençons par les fondamentaux : personne – et c’est bien là une de ses qualités les plus précieuses – n’a vraiment de pouvoir sur Bitcoin.

Il est cependant possible d’en modifier le fonctionnement et de déterminer de nouvelles règles du jeu. Cela permet notamment de mettre à jour le réseau afin de l’améliorer. Cela signifie donc que jusqu’à un certain point certains acteurs du réseau possèdent le pouvoir de modifier ce dernier. S’agit-il des développeurs ou des mineurs qui sélectionnent les codes à améliorer et quel est le protocole de modification ?

Il peut être pertinent d’établir un parallèle entre Bitcoin et le langage humain. Les deux sont des protocoles de communications qui sont modifiés au gré des règles de grammaire, d’orthographe et de sémantique, par les membres de leurs communautés. Bitcoin n’est modifié que dans la mesure où réseau le souhaite et l’accepte et cela a d’ailleurs provoqué de nombreux déboires quant à son développement. In fine, ce sont les nœuds du réseau, et non les utilisateurs du réseau, qui sont en position de décider ou non de suivre telles ou telles propositions de modifications.

Ces modifications peuvent se dérouler sous deux formes différentes, les soft forks et les hard forks. La différence principale de ces deux mesures étant qu’un hardfork implique une scission du réseau entre les nœuds appliquant une nouvelle mise à jour et le reste du réseau. Cela peut mener à la création d’une autre cryptomonnaie comme Bitcoin Cash (BCH) mais également à des mises à jour comme le fait régulièrement Ethereum.

Les principaux acteurs de la gouvernance de Bitcoin

code de Bitcoin

Les acteurs de la gouvernance de Bitcoin se divisent en trois catégories :

  • Les mineurs,
  • les développeurs
  • les utilisateurs finaux.

Les développeurs possèdent leurs propres gouvernances quant au développement de l’implémentation de Bitcoin dont la principale est Bitcoin Core. Chacun est en mesure de proposer une amélioration et cette dernière sera étudiée par la communauté, et éventuellement retravaillée. Une fois accepté par les développeurs principaux ayant les droits sur le repo Github Bitcoin corps la fonctionnalité est injectée dans le système. Mais Bitcoin Core n’est pas la seule implémentation et ces développeurs n’ont pas tout pouvoir sur le réseau.

dribbble

Les mineurs ont également leur mot à dire sur les prises de décisions à propos de Bitcoin. En effet en soutenant telles ou telles chaînes de blocs ils désignent de fait celle qui deviendra légitime. Une majorité de mineurs peuvent donc mettre en place un soft fork ou provoquer et soutenir un hard fork.

Or, tel qu’évoqué en introduction, quelques pools réunissant un grand nombre de mineurs peuvent être en mesure de réunir une majorité de la puissance de calcul du réseau. C’est une situation qui pourrait être problématique à long terme. Mais il ne faut pas oublier pour autant que les mineurs sont dépendants des récompenses qu’ils recherchent en validant leurs blocs. Dans une logique strictement utilitariste, il n’est donc pas dans leurs intérêts de faire scission avec la communauté ni de louer leur puissance de calcul à une chaîne secondaire pour le simple plaisir d’une dissidence qui sera contre-productive.

shutterstock 1117896605 1

Le contre-pouvoir de la troisième catégorie – les utilisateurs de la Blockchain Bitcoin – n’est pas de nature technique, mais concerne l’influence. En effet les utilisateurs n’ont pas forcément besoin de posséder un mineur de Bitcoin ou un full-Node BTC ni de maîtriser le langage C pour exercer leur pouvoir. Ils n’ont simplement qu’a posséder des bitcoins et de les échanger entre-eux sur le réseau, créant la valeur de ce dernier. De la même manière qu’en tant que consommateur dans notre vie quotidienne nous votons pour le monde dans lequel nous voulons vivre, les utilisateurs du réseau votent pour le réseau dont ils souhaitent la croissance.

La centralisation des mineurs de Bitcoin au sein des pools de minage

Si aux origines de Bitcoin les mineurs étaient principalement des particuliers utilisant leurs ordinateurs personnels, aujourd’hui le secteur s’est professionnalisé et les mineurs se sont progressivement regroupés.

Actuellement ces pools de minage dominent le secteur puisque quelques pools représentent la majorité de la puissance de calcul du réseau. Cette concentration s’explique notamment par deux facteurs principaux ;

Pub

1594652357 28 feel mining desktop juil20


  • Premièrement le ratio de la puissance de calcul d’un mineur individuel par rapport à celle du réseau diminue et valider un bloc de manière régulière nécessite des centaines voire des milliers de machines.
  • Par ailleurs, il est de plus en plus compliqué de lancer son propre pool de minage, puisqu’il faudra rassembler également des mineurs possédant cette puissance de calcul minimale. C’est encore plus difficile puisqu’en plus de valider des blocs régulièrement pour être compétitif, un pool de minage doit pouvoir financer ses activités par le biais des frais de transactions.

Ces raisons et la réduction du nombre de mineurs au profit des fermes de minage expliquent la concentration des pools de minages.

Le pouvoir réel des mineurs sur le réseau Bitcoin

Mais alors est-ce que cette concentration autour des pools de minages se traduit par une concentration du pouvoir de décision à propos du réseau et donc une centralisation de Bitcoin ?

Pas vraiment, puisque comme nous l’avons expliqué Bitcoin est loin de ne reposer que sur les mineurs. En réalité les mineurs ne possèdent pas autant de force de proposition que pourraient le laisser croire les apparences.

Le pouvoir réel des mineurs de Bitcoin dans sa gouvernance

Tout d’abord Bitcoin est construit de manière à ce que n’importe qui puisse participer au minage sans vérification d’identité. Parallèlement, tout un chacun peut également posséder un full Node qui incarne un contre-pouvoir envers les mineurs. Les mineurs ne peuvent pas transgresser les règles établies du réseau, quelle que ce soit leur puissance de calculs. Ils peuvent tenter des attaques visant à mettre en place des doubles dépenses mais ne peuvent pas par exemple modifier les récompenses de minage.

Une ferme de minage à plusieurs millions de dollars ne peut transgresser les règles et un simple Rasberry pi permet de vérifier cela à tout moment, c’est une des forces de Bitcoin.

shutterstock 1639707223
La parfaite contre-mesure au pouvoir des mineurs de Bitcoin

S’ils ne peuvent pas passer outre les règles établies par le réseau, peuvent-ils créer leurs propres règles ? Oui, et c’est le principe d’un hard fork. Toutefois, tel que déjà évoqué, les mineurs sont principalement focalisé sur leur rentabilité. C’est-à-dire qu’ils souhaitent avant tout vendre au plus cher le fruit de leur travail et cherchent donc le réseau avec le plus de valeur, d’utilisateurs et de performance.

Ce phénomène est évident, dès lors qu’on étudie par exemple le fork Bitcoin Cash dont le réseau est infiniment moins puissant que celui de Bitcoin.

De manière générale, les mineurs se montrent très enthousiastes en ce qui concerne la valeur future de Bitcoin. Pour cette raison principale, ils n’ont pas le moindre intérêt à coordonner des actions qui fragiliserait la confiance des utilisateurs envers le réseau. Mais peuvent-ils à petite échelle et de manière discrète mener des opérations contre le réseau ou ses utilisateurs ? Censurer des transactions ou manœuvrer de manière à augmenter les frais de transactions par exemple ?

Bitcoin est un réseau ouvert et tout ce qui s’y opère est public. Pour autant, public ne signifie pas toujours facilement accessible et il faudrait une surveillance minutieuse pour repérer de telles manœuvres. Dans la théorie il serait ainsi possible de censurer une transaction en provenance d’une adresse donnée ou par le biais de l’IP du nœud la réalisant. Pour autant, ces tentatives pourraient être aisément contrées par le changement régulier d’adresse ou l’utilisation de services masquant l’IP du nœud. Par ailleurs, il convient de ne pas oublier que les mineurs ne constitue pas une grande entité cohérente mais de multiples acteurs concurrents. Il suffirait que l’un des mineurs valide un bloc contenant les transactions pour lever cette censure ou la montée artificielle des frais de transactions.

Concernant la question de la gouvernance, il est manifeste qu’assez peu de mineurs s’y intéressent concrètement. En effet dans le cadre des masternodes d’autres cryptomonnaies proposant régulièrement des systèmes de votes, les propriétaires regroupés dans des pools de masternodes n’utilisent qu’assez peu leurs pouvoirs de décisions.

La raison en est simple : nous évoluons encore dans un marché principalement dicté par la spéculation et ces questions semblent secondaires pour beaucoup de leurs acteurs. Concernant Bitcoin les choses sont assez similaires puisque les mineurs n’éprouvent pas le besoin de demander des comptes aux pools vis-à-vis de ces questions de gouvernance.

On notera cependant que certains projets comme Stratum V2 – qui permettraient d’améliorer le protocole utilisé actuellement par la plupart des pools de mining – pourraient équilibrer la balance de la gouvernance au profit des mineurs individuels.

Conclusion

Est-ce que les mineurs ont un poids important dans l’écosystème Bitcoin : définitivement oui. Ce poids leur donne t-il trop de pouvoir ? Probablement pas, grâce à la subtilité et l’élégance de la gouvernance de Bitcoin, modèle d’équilibre et de résilience. Par ailleurs, même dans l’hypothèse où un acteur se trouvait en posture de compromettre le réseau, cette action irait nécessairement à l’encontre de ses intérêts propres. Ainsi, non seulement la gouvernance de Bitcoin est un modèle du genre, mais en plus le fonctionnement de sa Blockchain tend à générer des cercles vertueux de comportement de ses acteurs. Envie vous aussi de tenter l’aventure du minage de Bitcoin ? Découvrez toutes les options à votre disposition en tant que particulier.

Pub

1594652357 28 feel mining desktop juil20




Retrouver l’article original de TheCoinTribune ici: Lien Source

BlockBlog

Le Meilleur de l'Actualité Blockchain Francophone & Internationale | News, Guides, Avis & Tutoriels pour s'informer et démarrer facilement avec Bitcoin, les Crypto-Monnaies et le Blockchain. En Savoir Plus sur L'Équipe BlockBlog

Commenter cet Article

Commenter cet Article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans News

Les Plus Populaires

Acheter des Bitcoin

Acheter des Alt-Coins

Sécuriser vos Cryptos

Vêtements et Produits Dérivés

Top