Réguler et superviser les cryptomonnaies stables, les fameuses “stablecoins”, afin d’éviter une faillite générale de celles-ci. Voici ce que recommande le Conseil de stabilité financière (CSF), un groupement économique international créé en 2009, comme l’ont repéré Les Echos. Pour le CSF, ces cryptomonnaies ont “le potentiel d’améliorer l’efficacité de la fourniture de services financiers, mais peuvent également générer des risques pour la stabilité financière, en particulier si elles sont adoptées à une échelle significative”.

Leur émergence pousse les instances à se pencher sur cette question. Le CSF a ainsi approuvé 10 recommandations encourageant une réglementation, une supervision et une surveillance coordonnées et efficaces des accords sur les stablecoins. Le but ? Faire face aux risques financiers posés par ceux-ci, tant au niveau national qu’international. Il faudra ainsi que les promoteurs des stablecoins communiquent une foule d’informations (cybersécurité, protection des données…), qui devront être échangées entre tous les pays.

>> Découvrez 21 millions, la nouvelle newsletter consacrée aux cryptomonnaies de Capital. Décryptages et conseils pour maximiser vos profits en crypto-actifs

Une feuille de route a été exposée. D’ici décembre 2021, les accords de coopération entres les autorités doivent être établis, tout comme le cadre international de la régulation des stablecoins. Les recommandations du CSF devront être mises en place par les pays au niveau national d’ici juillet 2022. Les normes internationales pourront par la suite être affinées ou adaptées d’ici juillet 2023.

>> A lire aussi – Êtes-vous expert(e) en cryptomonnaies ?