Rejoignez-Nous sur

Le PDG de Ripple tente une fake news sur Bitcoin…et se fait recadrer – TheCoinTribune

News

Le PDG de Ripple tente une fake news sur Bitcoin…et se fait recadrer – TheCoinTribune

S’exprimant sur le plateau de télévision de la chaîne CNN, Brad Garlinghouse, le PDG de Ripple, a fait des déclarations sur le Bitcoin et l’Ethereum qui semblent n’avoir pas plu à une large part de la sphère crypto. Il a ainsi déclaré que la blockchain de Bitcoin était contrôlée par la Chine, en faisant remarquer qu’ « il y a 4 pools miniers en Chine, lesquels représentent plus de 60% de la capacité de minage ». Il avait aussi précisé que « 80% de la capacité de minage de Bitcoin et d’Ethereum étaient basés en Chine ». Piquées au vif, plusieurs grandes figures de l’écosystème cryptographique ont rétorqué sans mettre des gants.

Pub

Des réactions sans gants aux propos du PDG de Ripple

Les propos de Brad Garlinghouse sur le Bitcoin et l’Ethereum lui ont valu un sale quart d’heure sur Twitter. Les grandes figures de l’écosystème cryptographique ont été assez unanime pour considérer ces allégations comme de bonnes grosses fake news.

Parmi eux, Mati Greenspan, analyste financier et crypto aexprimé son dépit d’une manière plutôt crue. « Eh bien, honte à lui alors. Je ne savais pas que Brad Garlinghouse étant un menteur éhonté», déclare-t-il en rectifiant que la domination du pouvoir de hachage est d’environ 68% contrairement aux 80% évoqués par Brad.

Garlinghouse vit-il dans le passé ?

En réaction aux propos de Garlinghouse, Tuur Demeester, fondateur de la société Adamant Capital, a déclaré que les propos du PDG de Ripple auraient vu plutôt justes s’il avait tenu ces propos il y a 3 ans, car « nous étions alors dans un contexte bien différents, avec des effets potentiellement dévastateurs sur le Bitcoin ».

Il a ainsi rappelé à la communauté dans un tweet que « les mineurs chinois avaient essayé en vain de contrôler la blockchain Bitcoin en 2017 (le hard fork B2X), […] et n’avaient jamais pu changer un iota au code ».

Il a également précisé qu’un pool minier n’est pas égal à un mineur, et que seul 60% du hashrate total se trouve en Chine, un chiffre conséquent mais bien inférieur aux déclarations du patron de Ripple.

Le Chine ne peut influencer le Bitcoin que sur le court terme

Par le passé, Andreas Anotonopoulos, un formateur en Bitcoin, avait noté que même si la Chine décidait d’arrêter complètement l’exploitation de ses centres miniers, cela n’affecterait le système qu’à court terme. Le temps nécessaire pour avoir un bloc est d’environ 10 minutes et peut augmenter temporairement en fonction du nombre de transactions.

Toutefois, il estime que la soudaine réduction du taux de hachage devrait entraîner une diminution de la difficulté du minage ce qui permettra aux 40% restants de gagner de grosses récompenses. A son tour, cela attirerait de nouveaux joueurs dans le système, rétablissant ainsi à nouveau le taux de hachage total.

Ainsi, on retiendra qu’il n’y pas de quoi craindre une nationalisation du minage en Chine. D’ailleurs, Barry Silber, le fondateur de Grayscale Investments, le plus grand gestionnaire d’actifs cryptographiques au monde a déclaré avoir observé au cours des trois à six derniers passés des tentatives de déplacer une grande partie de l’activité de minage hors de la Chine vers les États-Unis et le Canada en particulier.

Pub



Retrouver l’article original de Joe PINASI ici: Lien Source

BlockBlog

Le Meilleur de l'Actualité Blockchain Francophone & Internationale | News, Guides, Avis & Tutoriels pour s'informer et démarrer facilement avec Bitcoin, les Crypto-Monnaies et le Blockchain. En Savoir Plus sur L'Équipe BlockBlog

Commenter cet Article

Commenter cet Article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans News

Les Plus Populaires

Acheter des Bitcoin

Acheter des Alt-Coins

Sécuriser vos Cryptos

Vêtements et Produits Dérivés

Top