Rejoignez-Nous sur

L’Empire du Dollar s’effacera devant l’Empire du Bitcoin – TheCoinTribune

shutterstock 1007136184 1

News

L’Empire du Dollar s’effacera devant l’Empire du Bitcoin – TheCoinTribune

shutterstock 1007136184 1

Les empires finissent toujours par s’effondrer. C’est une constante de l’Histoire. Les causes peuvent être multiples et se combiner, mais elles sont souvent les mêmes siècles après siècles. Il est frappant d’observer les profondes similitudes entre la chute de l’Empire romain et celui des États-Unis. Les empires se terminent toujours dans une crise monétaire à laquelle le dollar n’échappera pas. Bientôt l’empire du Bitcoin.

Les virus, ces briseurs d’empires

La peste frappa l’Europe durant le règne de Marc Aurèle entre 165 et 190 et nombreux sont les historiens pour qui le virus sonna le déclin de l’Empire romain. Un terrible choc microbien sous Justinien (527-565) finira de désagréger totalement la Pax Romana. La population de Rome passe alors de 700 000 habitants à 20 000 après la pandémie…

En 1330, le bacille contamine la Chine et emporte le tiers de sa population en 50 ans. Elle passe de 130 millions d’âmes à 90 millions. La peste (noire) reviendra sur le vieux continent vers 1400 et fera disparaitre environ le tiers de ses habitants. La population française décline de 17 à 10 millions…

Un peu plus tard, dans le sillage de la découverte des Amériques par Christophe Colomb (qui clamera jusqu’à sa mort avoir découvert les indes…), les conquistadors espagnols et portugais apporteront au nouveau monde variole, grippe, tuberculose, typhus etc… Les civilisations Incas et Aztèque n’y résistent pas. Près d’une centaine de millions d’amérindiens périssent en laissant leur Eldorado aux colons européens.

Plus proche de nous, l’empire Napoléonien pris fin peu après que sa grande armée ait été détruite par le Typhus. Sur 600 000 hommes, seulement 30 000 reviendront de la campagne de Russie…

Et lorsque les virus ne sont pas à blâmer, c’est bien souvent le climat qui détruit les empires par la famine. Le petit âge glaciaire qui s’installa de 1645 à 1850 – lors du minimum solaire de Maunder – fut un cataclysme pour l’Europe. Ainsi, sous le règne de Louis XIV, l’hiver de l’an 1693 voit mourir près de 2 millions de sujets français.

D’ailleurs, les grognards de Napoléon feront aussi les frais du Général Hiver via la diminution de leurs immunités. Il est possible que les Romains aient également souffert d’un petit âge glaciaire au VIe siècle et donc de pénuries de blé.

image 27
Changement de température moyenne mondiale
En rouge : Optimum medieval
En bleu : Petit âge glaciaire

Le rôle de l’inflation dans la chute de Rome

La peste fut probablement le coup de grâce pour les romains mais elle n’en fût pas la cause unique. D’autres facteurs moins naturels sont souvent mis en avant pour expliquer la chute de Rome et notamment l’inflation…

Tout comme les États-Unis, la monnaie était un symbole impérial fort pour Rome. C’est l’empereur Auguste, contemporain de Jésus, qui instaura un système monétaire complet. Un aureus (pièce d’or) valait alors 25 deniers (pièce d’argent) ou encore 100 sesterces (pièce de cuivre).

Octave Auguste
Un aureus d’Octave Auguste

Mais en 64 après J.-C., Néron commença à tricher avec la monnaie en frappant des pièces de plus en plus petites. La quantité d’or contenue dans un aureus passa de 8,1 à 7,2 grammes, soit une baisse de 12 %. Pareil pour la pièce d’argent. Sous le règne de l’empereur romain Gallienus (253-268), la teneur en argent du denier n’était plus que de 2 % !

D’après les recherches archéologiques, les choses deviendront hors de contrôle à partir de l’an 258 avec 1000 % d’inflation au cours des 17 années suivantes (soit 15 % par an). En l’an 300, les prix sont de 50 à 70 fois plus élevés qu’au premier siècle…

Douloureux… Ce n’est pas une coïncidence si le puissant Empire romain commença à se déliter précisément vers l’an 258. Il devenait difficile de payer les troupes « barbares » qui n’acceptaient que de l’or…

Les dévaluations monétaires à répétition, l’inflation galopante et le creusement des inégalités qui en découlent finissent toujours pas rompre le lien de solidarité entre le soldat et le sénateur, entre le salarié et l’actionnaire…

En d’autres termes, si les épidémies et les invasions fragilisèrent la chute de l’Empire romain, l’inflation fut peut-être le facteur systémique central…

« Le déséquilibre entre les pauvres et les riches est la maladie la plus ancienne et la plus fatale des Républiques. »

Plutarque (46-120)

La chute de l'Empire romain
Destruction (saccage de Rome par les vandales)

De Rome à Washington

Il est possible de dresser des parallèles troublants entre la chute de Rome et l’époque actuelle.

Voyez par exemple les prix immobiliers à Paris qui ont été multipliés par plus de 10 000 depuis 1900 (par 3000 depuis 1936 dans la France entière)… Soit en moyenne une hausse de plus de 8 % tous les ans.

Dans l’ensemble, l’inflation ambiante globale est actuellement probablement proche de 5 % et non pas 1 % comme voudraient nous faire croire l’INSEE pour qui le coût du loyer compte pour seulement 6% du budget total des ménages… Même constat concernant les prix immobiliers multipliés par 400 en un siècle aux États-Unis.

Et alors que le Covid vient d’effondrer l’économie mondiale (et surtout celle des États-Unis), la Chine fait office de horde barbare déferlant sur Washington…

Le vice-président de la « China Securities Regulatory Commission », Mr Fang, a ainsi déclaré cette semaine que la dépendance de la Chine au système de paiement occidental la rendait vulnérable à de possibles sanctions américaines.

« De nombreuses institutions et entreprises russes ont déjà souffert de sanctions. Nous devons nous préparer le plus tôt possible à un tel scenario. Et pas seulement de manière psychologique. Nous devons faire de réelles préparations. » a-t-il précisé.

Les déclarations de Fang interviennent après que les États-Unis aient laissé entendre à demi-mots qu’ils n’excluaient pas de déconnecter la Chine du réseau SWIFT. Le fameux réseau qui noyaute toutes les transactions bancaires internationales et dont les États-Unis se sont arrogés un contrôle indu.

Pour Fang, la planche à billets de la FED pose un risque pour la valeur du dollar et par conséquent les réserves de change chinoises. Lisez en filigrane que la Chine menace de se débarrasser de ses 1000 milliards de réserves en dollar et de cesser complètement d’utiliser le dollar. Des propos qui font écho aux critiques formulées il y a quelques jours par Guo Shuqing, le président de la « China Banking and Insurance Regulatory Commission », qui a fustigé la politique monétaire de la FED.

N’y aurait-il pas une similitude entre le denier romain et le dollar US ?…

Chute de la valeur du denier romain
Valeur du denier romain, échelle logarithmique
Source : B. Lukács
Evolution du pouvoir d'achat du dollar 1913 - 2017

Le pétrole, le sang impérial

La perte de valeur du dollar débouchera tôt ou tard sur une remise à plat du système monétaire international. C’est certain. Et si l’on en croit les manœuvres sino-russes, l’or qui risque fort de tirer son épingle du jeu. Ou plutôt la monnaie adossée aux plus grandes réserves du précieux métal.

Ce n’est certainement pas en vain que la Chine achète des mines d’or partout dans le monde. Elle est d’ailleurs déjà le plus grand producteur d’or du monde. Nous verrons bien mais il y a de grandes chances que nous soyons à l’aube d’un retour du Gold Standard. Ce qui est de très, très bon augure pour le Bitcoin qui est de l’or « augmenté », quoi qu’en dise la vieille garde qui ne jure que par la relique barbare.

Voyez ici la valeur du dollar en or…

Dans l’empire romain, en l’an 301, une once d’or valait 3333 deniers. Puis 1 333 333 deniers en l’an 337…

Enfin, pour terminer, notons que l’empire US repose en grande partie sur l’énergie. Le pétrole est aux économies modernes ce que le blé était aux romains. Le mazout et les machines ont remplacé le blé et des armées d’esclaves…

Or les voyants sont aussi dans le rouge de ce côté-là En effet, les États-Unis ont atteint le pic de pétrole (conventionnel) en 1970 et exploitent désormais le pétrole de Schiste pour assouvir son PIB vorace en Carbone. Néanmoins, l’industrie US produit ce pétrole à perte et subsiste grâce à la planche à billets de la FED… La chute du prix du baril – orchestrée par la Russie – va obliger les Américains à augmenter leurs importations de pétrole, ce qui risque fort de plomber le taux de change du dollar.

Comme Guo Shuqing l’a déclaré il y a quelques jours : « Il n’y a pas de repas gratuit. Attention à l’inflation. »…

Ajoutez à tout cela les prémices d’une guerre civile et vous avez la recette pour l’effondrement d’un empire…

La géopolitique mondiale tourne autour de la monnaie. La Chine est aujourd’hui nez à nez avec les États-Unis précisément parce qu’elle cherche à se débarrasser du dollar. Pour ce faire, l’empire du milieu a besoin d’acheter son pétrole en Yuan. À ce titre, l’Iran, qui possèdent des réserves équivalentes à celles de l’Arabie Saoudite, est prête à accepter la monnaie chinoise. Dans ce contexte, il est facile de deviner que ce qui se trame derrière la guerre commerciale et monétaire sino-américaine est une guerre d’empires…



Retrouver l’article original de Nicolas Teterel ici: Lien Source

BlockBlog

Le Meilleur de l'Actualité Blockchain Francophone & Internationale | News, Guides, Avis & Tutoriels pour s'informer et démarrer facilement avec Bitcoin, les Crypto-Monnaies et le Blockchain. En Savoir Plus sur L'Équipe BlockBlog

Commenter cet Article

Commenter cet Article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans News

Les Plus Populaires

Acheter des Bitcoin

Acheter des Alt-Coins

Sécuriser vos Cryptos

Vêtements et Produits Dérivés

Top