Rejoignez-Nous sur

Les grandes Banques US amassent des tonnes d’Or mais boudent le Bitcoin…Pour combien de temps ? – TheCoinTribune

News

Les grandes Banques US amassent des tonnes d’Or mais boudent le Bitcoin…Pour combien de temps ? – TheCoinTribune

Les mastodontes financiers sont à la recherche d’une vraie monnaie ! Bank of America, Morgan Stanley, Wells Fargo, UBS et Blackrock ont acheté collectivement plusieurs dizaines de tonnes d’or au cours du premier trimestre 2020. Combien de temps avant que les banquiers mangent leur chapeau et se mettent à acheter du Bitcoin ?

L’or au plus haut historique

Le prix de la relique barbare évolue autour de 1557 euros. En hausse de plus de 200 % par rapport à 2008, année de l’implosion de Wall Street. Crise après crise, et à mesure que l’inflation enfle, l’or affirme son statut de valeur refuge.

Fort de ce succès, beaucoup de banques centrales se sont remises à acheter de l’or. La Chine et la Russie sont les protagonistes de cette ruée en vue de torpiller le dollar. Rien de nouveau sous le soleil. En revanche, il est plus rare d’entendre que des banques privées occidentales achètent de l’or physique.

Les traders de Morgan Stanley s’attendent à ce que l’or monte jusque 3000 $. Bank of America qui, dans un rapport intitulé “La Fed ne peut pas imprimer d’or”, voit aussi le métal jaune toucher 3000 $ d’ici deux ans. BlackRock, le fonds aux 6000 milliards $, a triplé ses avoirs qui atteignent maintenant 1.2 milliards.

Ce regain de popularité de la « relique barbare » en occident est le signe d’un changement de paradigme quand on sait que les banques (centrales et commerciales) manipulent le marché de l’or quotidiennement, heure par heure. Une manipulation à la baisse, la majorité du temps.

Pourquoi les banques centrales occidentales font baisser l’or ?

Parce que l’or est une monnaie de réserve universelle concurrente à leurs monnaies de singe. Si l’or évoluait sur un marché libre, c’est lui qui déterminerait la valeur des monnaies (et des titres de dette puisque la dette est l’ombre de la monnaie. Monnaie = dette).

Les banques centrales manipulent le prix de l’or pour défendre la valeur des monnaies fiat. Elles s’y adonnent depuis la fin du Gold Standard en 1971, après que les États-Unis aient vu leurs réserves d’or fondre de 25 000 tonnes à 8 000 tonnes (parce qu’ils importaient beaucoup plus qu’ils n’exportaient, ce qui est toujours la cas).

Les banques manipulent le prix de l'or de manière détournées

Cette manipulation se fait aujourd’hui via l’achat et la vente de produits financiers dérivés (Futures, Options) en passant par des firmes de trading haute fréquence qui servent d’intermédiaires aux banques centrales.

Et sur le marché des futures, c’est celui qui a les poches les plus profondes qui mène la danse. Facile pour les banques centrales qui peuvent en créer à l’infini

Les marchés des Futures ne sont pas manipulés, ils SONT la manipulation

Concrètement, les produits dérivés ont créé une offre d’or tout aussi colossale qu’imaginaire et dont la livraison n’est jamais demandée. La raison étant que la plupart des spéculateurs préfèrent laisser leur or dans les coffres des banques qui leur permettent de spéculer.

Le marché de l’or est devenu un système de réserve fractionnaire selon le même principe que n’importe quelle monnaie moderne. Ce principe veut que les banques ne possèdent pas vraiment l’argent qu’elles nous doivent. Elles misent sur le fait que nous ne le retirons pas tous en même temps… Idem sur le marché de l’or où il s’échange beaucoup plus d’or papier qu’il n’existe vraiment d’or.

Pour le dire autrement, si les spéculateurs réclamaient tous leur or physiquement, seulement une personne sur 500 serait livré (si l’on se base sur les chiffres de 2016 du graphique ci-dessous).

La valeur de l’or est maintenue à la baisse grâce à des promesses d’or qui sont finalement livrées en monnaie fiat et non sous forme physique. Contrairement aux contrats de Futures sur le coton, le lait, le cuivre, le blé, etc… qui débouchent généralement sur une livraison de la marchandise.

Ainsi, si les banques ne peuvent pas imprimer d’or, elles contournent le problème en imprimant de « l’or papier »…

Pile je gagne, face tu perds

A la lumière de cet illusionnisme de banquier, il fallait s’attendre tôt ou tard à ce que le Bitcoin finisse pas être enchainé à un marché de Futures… Ce marché, comme les autres, permet à une mafia en cols blancs de contrôler les prix et de gagner à tous les coups. Dans le cas de l’or et du Bitcoin, la stratégie est claire : les écraser pour ne pas attirer l’attention sur l’inflation et protéger l’ensemble du système esclavagiste de création monétaire à partir de dette.

Notons toutefois qu’il est beaucoup plus facile de faire une livraison physique de Bitcoin à l’échéance de contrats Futures. En d’autres termes, alors que les spéculateurs évitent de se faire livrer de l’or (trop encombrant et trop cher), il n’y a aucune raison qu’ils s’en privent dans le cas du Bitcoin. Il est donc en théorie plus difficile de créer un système fractionnaire sur le dos du Bitcoin. Enfin, faisons leur confiance pour trouver la parade avec des frais de transaction exorbitants et inhibants…

La manipulation des futures uranium
Prix de l’Uranium et date d’introduction de produits financiers derivés “Futures”
Source : @Super_crypto
La manipulation des futures or
Prix de l’or et date d’introduction de produits financiers derivés “Futures”
Source : @Super_crypto

Et maintenant le Bitcoin…

Combien de temps les usuriers parviendront-ils à noyer l’or et le Bitcoin dans du papier ? Pas éternellement. Cette manipulation entendue par le cartel bancaire devient de plus en plus intenable à cause du tango sino-russe qui en profite pour racheter tout l’or du monde à vil prix !

La guerre froide entre Trump et le tandem Poutine/Xi va remettre le Gold Standard au centre du système monétaire international. Un choc qui se traduira par une multiplication du prix de l’or (et donc du Bitcoin)…

Bretton Wood

Le Dollar et l’Euro représentent toujours à eux deux plus de 80 % des réserves de change des banques centrales du monde entier.

Ce privilège risque toutefois de prendre fin plus tôt qu’on ne le pense. La valeur du dollar ne dépend que d’une seule chose. La capacité de l’Oncle Sam à forcer les pays producteurs de pétrole à vendre leur or noir exclusivement en dollar. Ce qui est loin d’être assuré dans le futur.

Quant à l’euro, sa survie dépend de l’envie qu’auront les Allemands de donner charitablement de l’argent à leurs voisins. Là encore, rien n’est moins sûr…

Autant dire que l’Or a des atouts à faire valoir tant la vieille architecture monétaire décadente de Bretton Wood a du plomb dans l’aile. Et si l’or brille, alors le Bitcoin brille aussi car ils sont deux faces d’une même pièce. La cryptomonnaie finira même par tirer son épingle du jeu en raison du fait qu’il est difficile de payer en poussière d’or sur internet…





Retrouver l’article original de Nicolas Teterel ici: Lien Source

BlockBlog

Le Meilleur de l'Actualité Blockchain Francophone & Internationale | News, Guides, Avis & Tutoriels pour s'informer et démarrer facilement avec Bitcoin, les Crypto-Monnaies et le Blockchain. En Savoir Plus sur L'Équipe BlockBlog

Commenter cet Article

Commenter cet Article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans News

Les Plus Populaires

Acheter des Bitcoin

Acheter des Alt-Coins

Sécuriser vos Cryptos

Vêtements et Produits Dérivés

Top