Rejoignez-Nous sur

zoom sur les projets en Or qui ont inspiré la Cryptomonnaie du Siècle – TheCoinTribune

175d1805 de egold a bitcoin

News

zoom sur les projets en Or qui ont inspiré la Cryptomonnaie du Siècle – TheCoinTribune

de egold à Bitcoin

Du projet e-gold de douglas jackson en 1996 à l’E-gold d’Elrond ou au VRO de VerOne, il n’y a qu’un pas ou presque ! Si l’or est depuis la nuit des temps l’actif préféré des civilisations, de l’Egypte, 2000 ans avant notre ère où l’or est apparu sous forme de lingots d’or jusqu’aux années de Gold Exchange Standard qui signent la fin de l’étalon-or, le métal jaune a depuis toujours capté l’attention des sociétés et des investisseurs se dressant comme la valeur refuge des temps modernes, peut-être bientôt détrônée par une cryptomonnaie bien célèbre. Retour sur les projets avant-gardistes des puristes du siècle dernier, et notamment E-gold, sorte de “crypto monnaie or” qui a su inspirer de célèbres crypto monnaies, au même titre que bitgold, jusqu’à la promesse de valeur offerte par Elrond et VRO qui allient le meilleur des deux mondes de manière différentes.

Pub

1595427624 57 vera one desktop

Avertissement : Cet article vous est présenté par la société Vera One. Les investissements crypto sont risqués par nature, faites vos propres recherches et n’investissez que dans les limites de vos capacités financières. Cet article ne constitue pas une incitation à l’investissement.

L’E-gold, premier essai d’une crypto-monnaie or

Première devise en or numérique créée par le docteur Douglas Jackson en 1996, l’e-gold s’érige rapidement comme une devise et un mouvement informatique propre. Totalement indexée sur l’or, la devise était garantie par les réserves d’or et échangeable sur le réseau internet. C’est déjà en 1994, alors qu’il est oncologue en Floride qu’il s’intéresse à l’économie et l’informatique. De ses lectures d’économistes de l’époque comme Friedrich Hayeck sur “La route de la servitude” où il comprend le rôle central de la monnaie afin de maintenir le lien et l’équilibre entre l’homme et la Nation, jusqu’au fonctionnement des banques centrales qu’il étudiera de près, il construit ses convictions et commence à prévisualiser la possibilité d’un or numérique au moment même où le boom de l’internet et du web tourne à plein régime. 

Complètement autodidacte, notre cher Douglas commence à programmer dans son coin le projet e-gold, qu’il qualifie de Better Money™, comme un appel à avoir un meilleur système monétaire, c’est d’ailleurs le titre de son blog personnel de l’époque sur lequel on pouvait lire : 

“J’ai commencé e-gold comme le résultat de ma propre étude et interprétation des événements historiques. Il m’est apparu que bon nombre des pires catastrophes du monde réel, les guerres en particulier, pouvaient tirer leur origine des bouleversements économiques (cycles de prospérité et de récession), bouleversements qui à leur tour résultant des manipulations monétaires. Le système que j’imaginais s’inspirait de l’analyse des modèles historiques et contemporains, qui possédaient tous le même défaut : l’incapacité de lier un dirigeant à des obligations contraignantes”.

Douglas Jackson

Deux ans seulement avant la création de Paypal, Douglas Jackson fonde donc avec son ami Barry Downey l’e-gold : une devise privée, échangeable à l’international, imperméables aux fluctuations du marché et fonctionnant indépendamment du contrôle gouvernemental. 

logo du projet e-gold
Logo e-gold

Ce système d’or électronique nouvelle génération a tout pour plaire, et il nous rappelle globalement un projet qui arrivera quelques années plus tard sous une forme encore plus originale. L’e-gold devient ainsi naturellement une monnaie représentative : grâce à sa devise reposant exclusivement sur l’or stocké chaque montant d’e-gold devient donc échangeable avec de l’or, et vu la réserve de valeur qu’il constitue, nul besoin de vous faire de dessin. La société Gold and Silver Reserve (inc) créée pour l’occasion ira même jusqu’à garantir l’e-silver, l’e-platinum et l’e-palladium sur le même modèle que l’e-gold.

La monnaie utilise déjà un système à réglement brut en temps réel, un procédé révolutionnaire pour l’époque déjà appliqué par les grandes banques. 

L’e-gold s’achète et se revend sur des plateformes d’échange comme Omnipay et permet une petite révolution dans le milieu : en garantissant des interactions instantanées, irréversibles, à petit prix, et permettant de transférer de la valeur d’un bout à l’autre du monde le tout grâce aux réseaux internet, ça ne vous rappelle rien ? 

exemple de transaction avec l'e-gold
Exemple de transaction avec l’e-gold

Bref, e-gold représente sans doute la première devise numérique à connaître un tel succès, qui en inspirera plus d’un : d’abord, The Gold Casino qui n’accepte que la devise e-gold, puis des projets périphériques comme la Gold Money et e-Bullion qui voient le jour en 2001 avant de disparaître en 2008… coïncidence ?

En 2005, l’e-gold suit de près Paypal et devient le deuxième système de paiement en ligne au monde, avec à son actif à ce moment là plus de 80 millions de dollars garantis par 3,6 tonnes d’or. Malgré des problèmes de passage à l’échelle comme on les connaît ou encore de maintenance technique, le projet signe et persiste jusqu’à l’intervention de l’Etat qui viendra mettre fin à ce beau projet prometteur.

En effet, son succès ayant attiré les agences gouvernementales américaines, sa nature centralisée n’a pas plu et l’arrêt d’e-gold marqua un acharnement des services secrets contre une monnaie numérique prometteuse. Pour autant, Bitcoin regarda cela de près, et notamment un certain Satoshi Nakamoto afin de s’éviter les foudres des services de l’Etat à l’assaut du dark web et des hors-la-loi qui étaient les principaux utilisateurs d’e-gold.

Le Bitcoin ne serait-il finalement qu’un vieux de la vieille devenu à la mode ?

Comme nous le voyons, le projet Bitcoin n’est pas sorti de nul part. Certes innovant, révolutionnaire, résolument transparent et osé, plusieurs initiatives ayant été prises avant la création de son fameux livre blanc par le mystérieux Satoshi Nakamoto. Des initiatives qu’il est intéressant de rappeler pour mieux cerner les fondements essentiels de la cryptomonnaie la plus populaire aujourd’hui. 

la chronologie de bitcoin
la chronologie Bitcoin de la préhistoire à sa création

Parmi les piliers essentiels à la création du Bitcoin figurent bien évidemment ses caractéristiques essentielles et l’essence de son fonctionnement et de sa raison d’être permis grâce à :

  • L’émergence de l’ordinateur personnel 
  • L’arrivée du réseau internet 
  • La percée de la cryptographie moderne
  • L’incarnation d’idées politiques de résistance et d’une idéologie portée pour espérer construire un nouveau monde 
  • L’idée de rareté numérique impossible ou presque à contrefaire 

La préhistoire de Bitcoin mérite donc d’être regardée avec attention pour mieux comprendre les mécanismes à l’oeuvre dans l’esprit de notre célèbre Satoshi au moment de créer la monnaie qui révolutionne sans doute son siècle.

Sur ce dernier point, il faut dire que de nombreux projets ont échoué malgré des volontés clairement affichées de construire un modèle monétaire en profonde révolution par rapport au système financier établit : e-cash, b-money, digicash… autant de projets testés et sitôt avortés en raison de problématiques multiples mais notamment de centralisation ou de défaillances techniques… 

Pub

1595427624 57 vera one desktop

L’un d’entre eux, Bitgold, constitue clairement un ancêtre de Bitcoin, c’est en tout cas ce que reconnaissait Satoshi Nakamoto en 2010 :

“Bitcoin est une implémentation de la b-money proposée par Wei Dai sur la liste de diffusion Cypherpunks en 1998 et du Bitgold proposé par Nick Szabo.” 

Satoshi Nakamoto

Bitgold, du mouvement cyberpunk à l’or numérique, l’ancêtre du Bitcoin démasqué

Durant les années 1990, le mouvement cyberpunk, défini comme un courant dystopique et ultra technologique de la science fiction avait la volonté de révolutionner le monde. Parmi les fervents défenseurs de ce mouvement d’un autre monde, Nick Szabo contextualisa en 1998 un projet un peu fou : créer un système d’or décentralisé baptisé bitgold, juste après le projet b-money de Wei dai.

En deux mots, Bitgold était censé représenter l’acte de création et de gestion d’une ressource numérique appelée du même nom, adossée sur aucun autre bien (à l’inverse d’e-gold) mais présentant une rareté infalsifiable et constituant donc un véritable or numérique. Avant même l’avènement de Bitcoin, notre cher Nick avait donc mis sur table le principe d’une unité électronique ayant une valeur sans pour autant être adossée à une marchandise. De son expérience à Digicash puis à bitgold, on retiendra de Nick Szabo sa conviction que les tiers de confiance présents dans le processus monétaire sont néfastes. C’est aussi ce personnage qui contextualise les smart contracts, et même si le projet bitgold ne sera pas expérimenté en conditions réelles, il mérite d’être vu comme un précurseur du phénomène Bitcoin.

“Le problème, en bref, est que la valeur de notre monnaie repose actuellement sur la confiance en un tiers. Comme beaucoup d’épisodes d’inflation et d’hyperinflation du XXème siècle l’ont démontré, ceci n’est pas une situation idéale.”

Nick Szabo

De sa vision ultralibérale de la monnaie, Nick Szabo aura réussi à théoriser le principe même de minimisation de la confiance dans le cyberespace grâce au mécanisme de preuve de travail, de registre public et d’horodatage

chaîne de preuve de travail de bitgold
Chaîne de preuve de travail de Bitgold

La ressemblance est telle avec le Bitcoin que les rumeurs feront même peser sur les épaules de Nick le fait de cacher sa véritable image et de ne pas avouer être derrière le pseudonyme de Satoshi Nakamoto. Fait qu’il démentira en 2015. 

affiche comparant Nick Szabo à Satoshi Nakamoto
Les rumeurs vont bon train dans la sphère crypto à l’époque

S’il avoue que son projet bitgold n’a pas participé directement à l’émergence du phénomène Bitcoin, il faut avouer qu’il aura permis d’ouvrir les esprits dans l’évolution de Bitcoin qui semble désormais tendre à devenir une système de monnaie de réserve semblable à l’or numérique.

Vers l’infini et “or-delà” !

Désormais conscient de l’ensemble de ces initiatives qui paraissent du siècle dernier et ont pourtant préfiguré l’émergence d’une monnaie décentralisée que l’on connaît tous très bien, regardons maintenant vers les projets d’avenir qui nous permettent d’allier or et cryptomonnaie.

On rappellera le récent lancement de l’E-Gold, (EGLD) nouvelle génération par Elrond.

Elrond lance l'EGLD
Elrond lance l’EGLD

Si le nom vous rappelle normalement quelque chose, le concept n’est pas si éloigné que cela : véritable or numérique 2.0, l’apparition de cette nouvelle cryptomonnaie marque un tournant essentiel de la stratégie d’Elrond pour s’installer durablement dans le terrain propice de la DeFi. Comme on vous l’expliquait dans un article publié cet été, Elrond fait grand bruit dans les coulisses de la sphère crypto et blockchain et pourrait faire parler de lui dans les mois à venir.

Le token E-Gold en bref c’est : 

  • 20 Millions d’unités à sa genèse pour 8 Milliards de personnes, d’une rareté… rare !
  • Une limite d’approvisionnement maximum “théorique” de 31,4 millions sur 10 ans
  • Chaque frais de transaction payé “réduit la limite théorique”
  • L’adoption réduit l’inflation et augmente la rareté, ainsi 31,4 millions ne seront jamais atteints
principe fondateur d'EGLD
principe fondateur d’EGLD

« Posséder quelques milliers d’eGold maintenant, c’est comme posséder quelques milliers de bitcoins en 2010 »

Elrond

L’autre projet, c’est celui de VeraOne que l’on vous présentait dans nos précédents articles : le stablecoin made in France en or qui vous permet de tokéniser de l’or et ainsi investir de façon sécurisée dans de l’or physique grâce à vos crypto monnaies.

En offrant un stablecoin robuste reposant sur des devises classiques, c’est la garantie de posséder de l’or physique dans votre patrimoine crypto! Combinant ainsi le meilleur des deux mondes, VeraOne est sans doute LE projet à suivre pour les amoureux de crypto et de métal précieux, surtout qu’il n’a pas finit de nous étonner. 

VeraOne, le stablecoin français adossé à de l'or physique
VeraOne, le stablecoin français qui vaut de l’or

VeraOne, c’est finalement un projet qui démarre dès 2009 avec la création de Aucoffre.com, un acteur incontournable sur le marché des métaux précieux, poursuit son ascension avec la création de VeraValor en 2011, fort de son succès, la société lance sa propre gamme de pièces en or et en argent. Puis, dès 2015, ayant pour ambition de démocratiser les métaux précieux, on voit l’arrivée de VeraCash la première carte qui révolutionne les paiements en or. Et c’est à partir de 2019 que VeraOne (VRO) voit le jour, le premier stablecoin français entièrement adossé à l’or, cocorico !

Concrètement, VeraOne, c’est :

  • une crypto or : un actif anti volatilité
  • la possibilité d’acheter de l’or physique directement avec vos cryptomonnaies
  • un stockage sécurisé et garanti sur plusieurs plateformes
  • un token transférable, traçable, échangeable et stable
  • peut-être l’opportunité de vivre une nouvelle ruée vers l’or ?

Pub

1595427624 57 vera one desktop

Et si vous voulez en apprendre plus sur l’histoire de la plus vieille valeur refuge du monde et ses applications modernes adossées à des crypto, retrouvez nous chaque semaine dans la tribune de l’investissement alternatif ! 



Retrouver l’article original de Karen Jouve ici: Lien Source

BlockBlog

Le Meilleur de l'Actualité Blockchain Francophone & Internationale | News, Guides, Avis & Tutoriels pour s'informer et démarrer facilement avec Bitcoin, les Crypto-Monnaies et le Blockchain. En Savoir Plus sur L'Équipe BlockBlog

Commenter cet Article

Commenter cet Article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans News

Top
eget suscipit fringilla ipsum libero lectus accumsan felis Donec justo consequat.